Barça-PSG : Pep Guardiola encense Maxwell

Football

FOOTBALL - Désormais aux commandes du Bayern Munich, Pep Guardiola n'en continue pas moins d'incarner le FC Barcelone, dont il fut le capitaine légendaire avant de le conduire jusqu'aux sommets en tant qu'entraîneur. Ce lundi, il a rendu hommage à l'un de ses anciens joueurs évoluant aujourd'hui au PSG. Et ce n'est pas Zlatan Ibrahimovic.

"Tu as acheté une Ferrari mais tu la conduis comme une Fiat !" Le déplacement du PSG à Barcelone mercredi soir en Ligue des champions ne pèsera pas que par son enjeu (la 1ère place du groupe). Il sera aussi l'occasion pour deux Parisiens de se remémorer leur propre passage en Catalogne (2009-2012), quand ils avaient rallié le Barça de Pep Guardiola, de loin la meilleure équipe du XXIe siècle et sans doute l'une des plus belles de tous les temps.

On serait tenté de revenir sur le cas Zlatan, qui avait lancé la phrase ci-dessus, entre autres amabilités ("Tu n'as pas pas de c... ! Tu peux aller en enfer !"), au seul de ses coaches qui ne l'a pas fait jouer. Mais l'intimité d'un vestiaire, parfois, ne fait pas de bruit. Qu'a donc retenu l'entraîneur de sa collaboration avec le paisible Maxwell ?

A LIRE AUSSI >> "Moi, Zlatan" : un manuel de savoir-vivre

Guardiola : "Maxwell peut se regarder chaque matin dans une glace"

La question a été posée à Guardiola, qui officie aujourd'hui au Bayer Munich, dans Le Parisien de ce lundi . "J'en conserve d'excellents souvenirs, répond-il. Attentif aux consignes, discipliné, travailleur et ambitieux. En match ou à l'entraînement, il a toujours donné son maximum. Il est très pugnace et n'hésite pas à prendre des risques, tant que c'est pour le bien du club. Il a eu le souci du collectif à chaque instant. Je le juge extrêmement précieux. Je ne suis pas du tout étonné par sa trajectoire. Le fait qu'il ait évolué au sein des plus grands clubs européens n'est absolument pas un hasard. Ce n'est pas donné à tout le monde et cet homme mérite le plus grand respect. Il peut se regarder chaque matin dans une glace et être fier de son parcours."

Pour mémoire, il ne le faisait pas jouer non plus. Mais, contrairement à son meilleur ami suédois, Maxwell, lui, n'a jamais moufté.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter