Bordeaux-Bastia (1-1) : les Girondins lâchent leurs premiers points

Football

FOOTBALL - Implacables leaders au classement depuis le début de l'actuelle saison, les Girondins ont connu, ce dimanche, de premiers tracas, concédant un nul (1-1) sur leur pelouse de Chaban-Delmas, après avoir été menés durant une heure.

C'est connu : le leader au mois d'août le reste rarement jusqu'en mai. Les Girondins de Bordeaux n'étaient donc pas dupes en regardant le classement de la Ligue 1, même s'ils espéraient sans doute surfer un peu plus longtemps sur leur début de saison idéal (trois matches et autant de victoires). Ils se satisferont néanmoins d'avoir pu limiter la casse ce dimanche en arrachant un nul (1-1) à domicile face à Bastia, alors qu'ils étaient encore menés à douze minutes du terme.

Cela a pourtant longtemps ressemblé au hold-up parfait : au bout d'un premier acte largement dominé par les hommes de Sagnol, c'était ceux de Makelele qui rentraient aux vestiaires avec l'avantage au score. Un grand classique du foot, comme si la maladresse adverse provoquait directement l'efficacité d'une équipe. L'ouverture du score est ainsi survenue sur la seule occasion corse. À la 18e minute, Ayité reprenait un centre venu de la droite mais voyait sa tête contrée, juste avant que Tallo, à l'affût au point de penalty, n'en profite pour glisser le ballon entre les jambes de Carrasso.

Bastia tout près de la victoire

Logiquement, le second acte a surtout été un long siège de la cage gardée par Aréola. Il y eut un but splendide, sur une demi-volée de Sala, mais refusé par l'arbitre pour une faute préalable de l'attaquant girondin. Puis un déboulé de Mariano suivi d'un centre et d'une reprise de Khazri qui a frôlé le montant gauche bastiais à l'heure de jeu...

Sentant un autre coup possible, les Corses se sont ensuite mis à sortir en contre, manquant de peu de doubler la mise à la 75e, quand Ayité a effacé Carrasso et trouvé la barre. Et, trois petites minutes plus tard, Rolan, à la réception d'un ballon piqué de Mariano, prenait le dessus sur Romaric et plaçait une imparable frappe croisée dans le petit filet opposé. Comme un classement de début de saison, le résultat d'un match de football ne tient, décidément, qu'à un fil.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter