Bruno Carotti : "Le mercato d'hiver, une période compliquée pour Montpellier"

Bruno Carotti : "Le mercato d'hiver, une période compliquée pour Montpellier"

DirectLCI
TRANSFERT - Directeur sportif de Montpellier, Bruno Carotti a accepté d’expliquer à metronews les enjeux, la préparation et les coulisses de ce mercato d'hiver qui a débuté le 1er janvier. Une période charnière pour le club de Louis Nicollin, en difficulté depuis le début de la saison.

Un bon mercato d'hiver, c'est quoi ?
C'est quand on arrive à préparer et anticiper le plus de choses possible en amont. Mais ce n'est jamais simple. Il y a toujours des imprévus. Alors on essaye de superviser un maximum de joueurs dès le début de la saison. Et il y a aussi un travail au quotidien, avec un échange avec le staff technique et le coach (entretien réalisé avant l'éviction de Jean Fernandez au profit de Rolland Courbis, ndlr). Pour voir un petit peu quels secteurs, quels éléments fonctionnent bien ou pas.

Est-ce que l'on recrute pour la saison en cours ou déjà pour préparer la suivante ?
Ce sont deux choses différentes qui se mêlent. On a parfois certaines opportunités pour incorporer six mois avant un joueur afin qu'il puisse travailler tranquillement. Et là, on prépare le terrain pour juin. Mais la priorité, c'est de cibler les besoins actuels s'il y en a.

"On communique avec les joueurs pour expliquer pourquoi on recrute"

Et quand on est dans la situation du MHSC (17e), qu'est qu'il faut faire ?
C'est une période où l'on sait que l'on peut remodeler l'effectif. Et quand on va mal, on a tendance à vouloir tout chambouler. Mais ce n'est pas la politique de Montpellier. On est plutôt partisan de commencer la saison avec un groupe, de le faire travailler et apporter de petites retouches si besoin (le club vient d'ailleurs d'enregistrer le prêt de l'attaquant milanais Mbaye Niang, ndlr).

Comment intègre-t-on une nouvelle recrue en plein milieu de saison ?
Si on sent que cela peut poser problème à certains joueurs, on s'en explique. On est dans la communication. On met en avant le bilan de la première partie de saison et on expose pourquoi on a décidé de recruter dans tel ou tel secteur de jeu. Aujourd'hui, notre discours est très simple : on est dans une situation où il faut qu'on marque des points pour remonter au classement et s'éloigner de la zone de relégation. Les joueurs comprennent.

Et concernant celui qui arrive au club, y a-t-il une préparation spécifique qui est mise en place ?
Chaque cas est différent. Si le joueur a peu joué depuis le début de la saison, il faut lui faire retrouver la forme rapidement. Le rythme de compétition, c'est très important. S'entraîner ne suffit pas, il faut jouer des matches. Ensuite, il y a l'aspect mental : il faut voir dans quelles conditions il a quitté son club précédent. Tout ça doit être pris en compte.

"Il faudrait plus encadrer le mercato"

Tout comme l'éventualité d'un départ d'un joueur important, comme cela était arrivé l'an dernier avec le transfert de votre capitaine Mapou Yanga-Mbiwa vers Newcastle...
Il y a des choses que malheureusement on ne peut pas éviter ou repousser. Ça reste une période compliquée pour nous. On en revient a ce que je vous disais, il faut anticiper un maximum, que ce soient les arrivées ou les départs. Il peut y avoir des demandes d'autres clubs, des envies de certains joueurs. Il faut donc satisfaire les intérêts de tout le monde. Ce n'est pas évident au final.

Selon vous, ce mercato hivernal, dans sa forme actuelle, est-il bénéfique pour le football ?
Oui, car il permet d'ajuster un effectif, il offre aussi la possibilité à des joueurs qui jouent peu de se relancer. Mais cela peut aussi déstabiliser un club. Je crois qu'il faudrait plus l'encadrer, avec des mouvements limités.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter