Ce qu'il faut savoir sur Andoni Zubizarreta, le nouveau directeur sportif de l'OM

Ce qu'il faut savoir sur Andoni Zubizarreta, le nouveau directeur sportif de l'OM
Football
DirectLCI
PORTRAIT – Nommé ce jeudi au poste de directeur sportif de l’Olympique de Marseille, Andoni Zubizarreta, emblématique gardien de la Roja (126 sélections), s’est forgé une belle réputation dans le milieu après avoir occupé les mêmes fonctions au FC Barcelone (2010-2015). Tâche à lui, cependant, de ne pas reproduire à l’OM les erreurs qui avaient entraîné son limogeage en 2015 du côté de la Catalogne.

Son pedigree de directeur sportif est presque aussi impressionnant que celui de joueur. Et c’est sûrement ce qui a convaincu l’Olympique de Marseille de confier les rênes de la direction sportive à Andoni Zubizarreta ce jeudi. "Il a le profil idéal pour ce poste, c'est un dirigeant brillant, performant", a d’ailleurs lancé le président Jacques-Henri Eyraud au moment d’introniser son nouvel homme fort, une semaine après l’arrivée de Rudi Garcia. Il faut reconnaître que l’Espagnol âgé de 55 ans débarque sur le Canebière précédé d’une solide réputation et d’un très joli CV.

Avant d’entamer une reconversion professionnelle dans les bureaux de l’Athletic Bilbao (2001-2004) et du FC Barcelone (2010-2015), "Zubi", pour les intimes, s’est tout d’abord fait un nom dans les buts de ces deux mêmes équipes et sous le maillot de la Roja avec laquelle il a cumulé 126 sélections entre 1985 et 1998, ce qui fait de lui le deuxième gardien le plus capé de la sélection espagnole derrière Iker Casillas. Champion d’Espagne à six reprises, vainqueur de la Ligue des champions en 1992 avec le Barça alors dirigé par Johann Cruyff, vice-champion d’Europe en 1984, Zubizarreta a littéralement marqué son époque en dépit de quelques boulettes en fin de carrière, la plus mémorable restant celle face au Nigéria lors du Mondial 1998 digne d'Arconada, son prédécesseur.

Du bon et du moins bon à Barcelone

Des boulettes, le nouvel homme fort de l’OM Champions Project en a également commis lors de son mandat de directeur sportif au Barça au travers de paris pas toujours pertinents (achats de Vermaelen, Afellay, Douglas, Song...). L’une d’entre elles a d’ailleurs directement précipité son éviction en janvier 2015 quand le club catalan fut épinglé pour des infractions concernant la signature de joueurs mineurs entraînant une interdiction de recrutement jusqu’en janvier 2016. Un gros raté qui vient noircir son bilan jugé positif jusqu’ici. 

Dès sa prise de fonction en 2010, Zubizarreta parvient à enrôler Javier Mascherano, un premier gros coup qui en appellera beaucoup d’autres. Les arrivées de Neymar, Luis Suarez, Ivan Rakitic, Cesc Fabregas, Alexis Sanchez ou encore Marc-André Ter Stegen sont également l’œuvre du dirigeant espagnol. A l'Olympique de Marseille, il ne disposera pas d’une enveloppe aussi fournie (200 millions d'euros sur 4 ans) qu’en Catalogne, ni d'un environnement sportif aussi favorable, le club phocéen ayant très peu de chances d'accrocher une qualification en Ligue des champions à la fin de la saison, mais le challenge proposé par Frank McCourt et son équipe est forcément séduisant et haletant pour cet homme de défis. A Marseille, il sera servi.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter