Clasico J-6 : pourquoi l'OM tourne moins bien

Football
LIGUE 1 – Malgré sa victoire face à Lens dimanche soir (2-1), la machine marseillaise semble grippée. Un ralentissement inquiétant, à l'heure où se profile le clasico face au PSG dimanche prochain mais qui trouve ses explications dans les limites actuelles de l'effectif phocéen.

Toujours devant mais... Un temps leader du Championnat avec sept points d'avance sur Paris, l'OM compte toujours quatre unités de plus que son dauphin mais offre moins de garanties qu'il y a quelques semaines, lorsque les victoires s'enchaînaient. Battus deux fois d'affilée en quelques jours (face à Lyon en L1 et Rennes en Coupe de la Ligue), les hommes de Marcelo Bielsa ont renoué avec le succès dimanche soir face à Lens (2-1) mais ne parviennent plus à convaincre. Explications.

Une défense sans repère
Point fort de l'OM depuis le début de saison, l'arrière-garde phocéenne montre désormais des signes de faiblesse inquiétants. Si elle n'avait encaissé que trois buts entre la 3e et la 10e journée de Championnat, la défense marseillaise en a pris quatre lors de ses trois dernières sorties (un face à l'OL, deux à Rennes et un contre les Lensois). En cause, le système à trois centraux mis en place par Bielsa et qui fonctionne vraiment moins bien depuis l'absence de Jérémy Morel, touché au pied contre Lyon. Pertes de balles dangereuses (Nicolas Nkoulou et Benjamin Mendy) et expulsion (Alaixys Romao), la rencontre face à Lens est une illustration criante de ces difficultés. "C'est compliqué en ce moment, concédait d'ailleurs un Steve Mandanda heureusement pour l'OM très bon dimanche soir. On commet trop d'erreurs techniques."

Des joueurs déjà usés
C'est un peu ce que tout le monde craignait avec le jeu voulu par Bielsa. Car maintenir un pressing haut et constant, les Marseillais doivent être au mieux de leur forme. Mais, même si les habituels titulaires depuis le début de la saison ont pu souffler lors du large turnover opéré en Coupe de la Ligue, certains joueurs semblent être "en dedans" depuis quelque temps. Dimitri Payet évoquait déjà après la défaite contre Lyon un sentiment de "fatigue" généralisé tandis que Romain Alessandrini parlait d'un "manque de jus" à Rennes. Moins de courses, moins de dépassements de fonction et un OM qui "a perdu de la mobilité et le pressing constant sur l'adversaire", déplorait le technicien argentin après le match contre Lens. Une usure des corps incompatible avec l'exigence du 3-4-3.

Un système à adapter
Bielsa est peut-être fou mais il n'est pas entêté. Face aux difficultés du moment, "El Loco" n’a pas fui ses responsabilités. "C'est vrai que l'équipe a manqué d'efficacité, a-t-il notamment expliqué dimanche soir. Pour moi ces gestes superflus ou inappropriés sont dus à ce manque de mobilité. Ou alors le joueur dégage loin ou alors il tente des gestes risqués." Un constat qui va obliger Bielsa à revoir sa tactique face à Paris et repasser à un 4-2-3-1 qu'il affectionne aussi. D'autant que contre le PSG, il devra encore faire sans Morel mais aussi sans Romao, puisqu'ils sont tous deux suspendus. "Je sais les erreurs qu'on a commises mais je connais parfaitement les qualités de mon équipe et je sais ce qu'elle est capable de faire", explique encore l'Argentin.

EN SAVOIR +
>> Face à Lens, l'OM sauve les apparences
>> Rennes fait très mal à l'OM

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter