Comment Serge Aurier est devenu indiscutable au PSG

Comment Serge Aurier est devenu indiscutable au PSG

DirectLCI
FOOTBALL - Auteur d'un but, d'une passe décisive et d'une prestation XXL pour son tout premier match en Ligue des champions, mercredi soir contre le Chakhtar Donetsk (0-3), Serge Aurier a mis fin à tout débat concernant le poste de latéral droit du PSG. Décryptage d'un impressionnant retour en force, après une première saison parisienne minée par les blessures et les déconvenues.

Depuis le tirage au sort des poules de la Ligue des champions, jusqu'à il y a encore quelques jours, de nombreux supporters du PSG espéraient encore voir Marquinhos titularisé face au Real Madrid. Le seul, à leurs yeux, capable de tenir l'infernal Cristiano Ronaldo. Mais beaucoup d'entre eux ont dû changer d'avis mercredi soir, au regard de la prestation majuscule de Serge Aurier contre le Chakhtar Donetsk (0-3). Intraitable défensivement, dangereux dans chacune de ses montées, héroïque sur sa ligne pour suppléer Kevin Trapp, décisif sur les deux premiers buts parisiens : ce qui s'appelle mettre tout le monde d'accord. Surtout après un début de saison en boulet de canon. Loin, très loin de sa pénible première année parisienne. Et ça s'explique.

Il faut se souvenir qu'il y a cinq mois, la poisse collait tellement aux basques de l'international ivoirien, né à Ouaragahio, qu'il avait trouvé le moyen d'écoper de trois matchs de suspension en Ligue des champions... sans avoir jamais joué une seule minute dans cette compétition. L'arrière droit avait cru bon de poster sur Instagram une vidéo de lui, dans son salon, traitant l'arbitre de Chelsea-PSG de "fils de p...". "C'est parti tout seul, mais ça a pris une ampleur importante. Je me suis excusé, et je m'excuse une fois encore, regrettait-il, à ce sujet, dans Le Parisien le 28 août. Après, sur mon intention ou sur l'acte, je ne regrette rien car j'ai vécu ce match comme un supporter et j'étais content."

À VOIR AUSSI >> VIDÉO - Serge Aurier : "Et l'arbitre sale fils de..."

Il est comme ça Serge, toujours positif. Et ça l'a bien aidé à manger son pain noir. "Ce qui a changé par rapport à l'année dernière ? J'ai tout simplement réalisé une bonne préparation cette fois. Je suis même parti à Doha avant la reprise de l'entraînement, explique-t-il. La saison passée, j'ai souvent été blessé, sans pouvoir m'exprimer. Mais, aujourd'hui, je me sens bien." L'enchaînement de ces deux dernières phrases n'a rien d'anodin : la plupart des médecins affirment que les blessures musculaires à répétition, comme celles subies par Aurier en 2014-15, ont souvent une origine psychologique.

"J'étais trop en retrait. Je n'étais pas vraiment moi-même, disait-il encore au Parisien. Dans un vestiaire trop sérieux, j'ai du mal à à me lâcher. Je venais d'arriver, j'observais tranquillement dans mon coin... Aujourd'hui, on a tous appris à se connaître et je me lâche plus. Petit à petit, des affinités se sont créées. Il y a des bons vivants dans ce groupe, Pocho, Lucas... Et moi aussi je peux être un peu fou et mettre l'ambiance. Je n'ai peut-être pas le même statut que les stars, mais je sais que je suis très apprécié dans le vestiaire, pour ma bonne humeur et mon calme." Tant et si bien qu'on le voit à présent danser avec Edinson Cavani ou David Luiz après des buts. Même si Blaise Matuidi, qu'il ne quittait déjà pas d'une semelle la saison dernière, reste son meilleur pote dans ce groupe. Malgré des victoires parfois un peu trop larges au jeu vidéo Fifa 16.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter