Adrien Rabiot en "grève personnelle" pour protester contre la baisse de son salaire à la Juventus ?

Adrien Rabiot en "grève personnelle" pour protester contre la baisse de son salaire à la Juventus ?
Football

CORONAVIRUS - Selon la presse italienne, Adrien Rabiot refuse de rentrer à Turin pour la reprise de l’entraînement, dans le but de protester contre la décision de la Juventus de ne pas verser de salaires aux joueurs de mars à juin.

La nouvelle fera sourire plus d'un supporter parisien, le PSG ayant longtemps été accusé d'avoir manqué d'autorité lorsqu'il s'était agi de gérer l'épineux cas Adrien Rabiot, pourtant mis au placard par deux fois durant de longs mois pour avoir refusé de prolonger son contrat avec le club de la capitale, quand le public du Parc des Princes voyait en lui un jeune homme ingérable, déloyal, irrécupérable... Ce mardi 12 mai, le quotidien italien La Stampa renforce cette dernière thèse en affirmant que le milieu français, désormais à la Juventus, s'est mis en "grève personnelle" pour protester contre la baisse de son salaire.

Quelques éléments de contexte, tout d'abord. La Stampa est le journal le plus lu de Turin, le 3e plus lu en Italie. De réputation sérieuse, il n'a pas pour habitude de faire ses choux gras de rumeurs improbables liées au football. Adrien Rabiot, débarqué gratuitement l'été dernier, émarge à 8 millions d'euros net par saison. Mais au mois de mars, après la mise à l'arrêt de la Serie A, le championnat italien, le défenseur Giorgio Chiellini, soutenu par des cadres du vestiaire dont Gianluigi Buffon et Cristiano Ronaldo, a proposé à la direction de la Juve, au nom des joueurs, de renoncer à quatre mois de salaire, jusqu'en juin. 

Adrien Rabiot considère "qu’il n’a commis aucune faute"

Un geste salué par le club, et par le grand public, mais qui n'a pas été suivi par la plupart des autres mastodontes du football européen, souvent confrontés aux refus des joueurs. Dans son cas, Adrien Rabiot n'a pas eu le choix. Il a dû suivre ses coéquipiers, et subir cette perte de salaire. Confiné sur la Côte d'Azur depuis le début du mois d'avril, il a été rappelé par son club le 3 mai, lorsque le gouvernement italien a donné son feu vert pour la reprise des entraînements individuels, en vue d'une reprise (encore théorique) du championnat le 18. Des séances individuelles cependant qualifiées de "facultatives" par la Juve.

Lire aussi

Tous les joueurs partis se confiner à l'étranger, pourtant, sont revenus pour cette reprise anticipée, sauf deux : Gonzalo Higuain, qui a une autorisation pour rester au chevet de sa mère, et Adrien Rabiot... Dont on apprend donc ce mardi que c'était pour exprimer son mécontentement par rapport à la ponction de son salaire. Ce que l'intéressé n'a pas démenti, refusant de réagir à l'article de La Stampa, pour simplement indiquer à RTL "qu’il n’a commis aucune faute et sera demain (mercredi) de retour à Turin après avoir suivi à la lettre son programme d’entraînement, au quotidien, depuis le début du confinement".

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

#Perriscope n° 23 - "Faire payer les riches", est-ce raisonnable ? Un million de chômeurs en plus en France ? "C'est possible"... mais pas inéluctable

Le compte Instagram d'Adrien Rabiot montre en effet, ces dernières semaines, son entraînement assidu, que ce soit en extérieur ou en salle de musculation. Il n'empêche : selon La Gazzetta dello Sport, la direction de la Juve est "mécontente" de ce comportement, bien que son joueur n'ait enfreint aucune règle. Pour La Stampa, c'était même un moyen pour lui de signifier ses envies de départ... Quant à son retour à Turin, il va de soi : le feu vert gouvernemental a été donné pour la reprise des entraînements collectifs mercredi, et ceux-là sont obligatoires. Sous peine de voir son salaire encore un peu plus réduit.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent