Coupe de France : Rennes fait respecter la logique

Coupe de France : Rennes fait respecter la logique

DirectLCI
FOOTBALL - Le Stade rennais s'est qualifié pour la finale de la Coupe de France en s'offrant mardi le scalp d'Angers (3-2) au stade de la route de Lorient. Au Stade de France, le 3 mai prochain, le club breton affrontera Guingamp ou Monaco, opposés mercredi dans l'autre demi-finale.

Les Rennais retrouveront le Stade de France le 3 mai prochain. Le club breton a gagné le droit de disputer une nouvelle finale de Coupe de France en dominant mardi Angers dans son stade de la route de Lorient. La logique a donc été respectée entre le 14e de Ligue 1 et le 6e de Ligue 2, pour le plus grand bonheur des joueurs de Philippe Montanier. Ces derniers effectueront une nouvelle virée à Saint-Denis, un an après une défaite en finale de Coupe de la Ligue contre Saint-Etienne (1-0) et cinq ans après un traumatisme né d'un revers concédé contre Guingamp, déjà en finale de Coupe de France.

Pour composter leur billet pour l'enceinte dionysienne, les Rouge et Noir ont dû s'employer. Dès la 3e minute, c'est en effet l'outsider angevin qui crée la surprise en ouvrant le score grâce à une puissante frappe de Mohamed Yattara (0-1). Rennes et Cheikh M'Bengue, fautif sur ce but, encaissent le coup, mais ne tardent pas à réagir. A la réception d'un centre de Romain Alessandrini, Jérémy Hénin se rate et sollicite son gardien, Grégory Malicki, qui ne peut que repousser le ballon dans les pieds d'Ola Toivonen, lequel ne se fait pas prier pour égaliser (1-1, 15e).

Doucouré inspiré

Les ennuis ne font alors que commencer pour le SCO. Son entraîneur, Stéphane Moulin, est contraint à un double changement avant la demi-heure de jeu, la faute aux blessures de Khaled Ayari et Mohamed Ben Othman (25e). Dix minutes plus tard, Kamil Grosicki, bien servi par Abdoulaye Doucouré, offre l'avantage aux locaux d'un tir du pied droit au terme d'un numéro de funambule (2-1, 36e). Le coup de grâce intervient au retour des vestiaires lorsque Jean II Makoun envoie le cuir au fond des filets d'un plat du pied droit après le joli raid d'un Doucouré décidément inspiré (3-1, 48e).

Angers ne s'en relèvera pas, malgré une réduction de l'écart signée Yattara sur penalty en fin de partie après une main de Jean-Armel Kana-Biyik dans la zone de vérité (3-2, 89e). Quelques instants plus tard, c'est une bonne partie du public rennais qui s'invite sur la pelouse pour fêter la qualification de ses favoris, lesquels peuvent sereinement attendre de connaître l'identité de leur adversaire, Guingampais et Monégasques s'affrontant mercredi dans l'autre demi-finale.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter