Coupe de France : Rennes veut vaincre le signe indien

Coupe de France : Rennes veut vaincre le signe indien

Football
DirectLCI
FOOTBALL – Rennes et Guingamp s'affrontent ce samedi soir pour une finale de la Coupe de France 100% bretonne. Après avoir perdu la finale de l'édition 2009 contre ces mêmes guingampais, Rennes veut rompre avec cette étiquette de loser qui lui colle à la peau.

Le 20 juin 1971, le Stade Rennais battait en finale de la Coupe de France l'Olympique Lyonnais (1-0). La deuxième des Bretons après celle de 1965, mais aussi le dernier titre du club. Depuis, lplus rien à se mettre sous la dent pour les supporters Rouge et Noir. Mais si ces longues années sans titre d'autres clubs les connaissent, Rennes pousse le bouchon à avoir été le seul club en cinquante ans à perdre une finale de Coupe de France contre un club de L2 . C'était en 2009 et le bourreau s'appelait Guingamp, de nouveau adversaire de la formation d'Ille-et-Vilaine, ce samedi, au stade de France.

Une véritable revanche, donc. Car si perdre une finale est un déchirement, s'incliner contre un rival régional est carrément infamant. Ainsi la scène devenue culte du supporter rennais en pleurs au micro de France 3, boudant comme un enfant, à fait le tour du web et a même été repérée par les Gérards de la télévision, qui en on fait la séquence du "C'est nous qu'on devait gagner". Pour les supporters guingampais, celle-ci est même devenue banderole : le désormais célèbre "c'est nous qu'on va gagner" est de sortie à chacune des rencontres entre les deux clubs. Ambiance...

Et le slogan devrait encore s'afficher ce samedi dans les travées du Stade de France, d'autant que la confiance est du côté guingampais, vainqueur lors des deux rencontres contre le voisin rennais en championnat cette saison. "Oui il y un ascendant psychologique, avoue Philippe Montanier, entraîneur de Rennes. Après, à chaque match sa vérité. On sait très bien qu’on peut perdre deux matches contre une équipe et gagner le troisième, cela ne nous perturbe pas plus que ça." Avant d'ajouter : "On n'a rien à perdre car si on ne gagne pas, on va continuer à dire que le Stade Rennais va en finale et ne gagne pas." Sous-entendu : il ne tient qu'à ses joueurs de modifier la donne.

D'autant qu'après avoir aussi perdu la finale de la Coupe de la Ligue , la saison dernière face à l'AS Saint-Etienne (1-0), Rennes ne veut plus de larmes. Alors que les Bretons s'étaient présentés en favoris lors des deux précédentes finales, et s'étaient fait "manger" par la pression, cette fois-ci c'est profil bas et concentration à tous les étages : "C'est le 15e contre le 16e du Championnat, il n'y a pas de favori d'autant qu'une finale se joue sur un match. ça va être une finale équilibrée", explique-t-on dans les rangs rennais. Et si le club venait à chuter une nouvelle fois, Philippe Montanier a déjà une solution : "Et bien on arrêtera d'aller en finale, on s'arrêtera en 8e, comme ça tout le monde sera content." Réponse samedi soir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter