Coupe de France : une finale 100% bretonne !

Coupe de France : une finale 100% bretonne !

DirectLCI
FOOTBALL - Après Rennes mardi, c'est au tour de l'En Avant de Guingamp de valider son billet pour la finale de la Coupe de France, le 3 mai prochain. Mercredi, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont dompté l'AS Monaco (3-1, ap). L'EAG retourne au Stade de France après son titre remporté en 2009. Contre le voisin rennais...

Et l'ASM craqua. A cinq minutes de la fin des prolongations, le Rocher s'est définitivement effondré sur la pelouse du Roudourou, dynamité par deux réalisations coup sur coup de Fatih Atik et Mustapha Yatabaré, servis par Thibault Giresse, tout juste entré en jeu. L'épilogue, somme toute logique, d'une demi-finale de Coupe de France qui aura toutefois mis du temps à choisir son vainqueur, mercredi soir.

Le plus tranchant et le plus motivé a été récompensé. Pour preuve, l'ouverture du score, rapide, de Yatabaré (déjà) est un modèle de hargne. Sur un corner ouvert servi de la gauche par Steeven Langil, l'attaquant franco-malien se montre le plus prompt à se dépêtrer du marquage adverse pour, au ras du sol, priver de ballon les gants de l'infortuné Sergio Romero (7e). Piquées au vif, les stars monégasques ont alors mis le pied sur la balle, sans pour autant assiéger le but costarmoricain. Suffisant tout de même pour que le vétéran Dimitar Berbatov remette les siens dans le sens de la marche. Bien servi côté gauche par Fabinho, le Bulgare ne s'est pas fait pas prier pour fusiller de près le gardien géant (2,01m) de l'EAG, Mamadou Samassa (37e).

Rennes, encore

A la pause, on se dit que les hommes de Claudio Ranieri ont sans doute fait le plus dur. A tort. Au retour des vestiaires, les Guingampais, poussés par un public chauffé à blanc, jouent crânement leur chance et auraient même pu forcer la décision plus tôt dans le match. La faute à Valère Germain, qui repousse sur sa ligne une tête de Claudio Beauvue (74e), à Sergio Romero – et sa barre – sur une tentative de Ladislas Douniama (85e) ou... à l'arbitre, qui oublie de siffler une main monégasque évidente dans la surface, au bout des arrêts de jeu.

Autant d'occasions manquées qui n'auront donc pas eu raison de l'abnégation de l'EAG, décidément à l'aise en Coupe de France. En 2009, alors en Ligue 2, le ''petit'' club de Noël Le Graët avait ravi le trophée au nez et à la barbe du puissant voisin rennais (2-1). Ironie du sort, la cuvée 2014 proposera la même affiche le 3 mai prochain au Stade de France . Avec une certitude, le successeur au palmarès des Girondins de Bordeaux, primé en 2013, sera un club breton.

Plus d'articles

Sur le même sujet