Coupe de la Ligue : un penalty qui ne passe pas à l'OL

Coupe de la Ligue : un penalty qui ne passe pas à l'OL

DirectLCI
POLEMIQUE - Battus 2-1 samedi soir en finale de la Coupe de la Ligue, les Lyonnais ne digèrent pas l'arbitrage de Stéphane Lannoy. Pour eux, il n'y avait pas penalty sur Lucas et donc pas de second but parisien.

Déjà qu'ils avaient une dent contre les arbitres... Quand les Lyonnais ont appris que leur finale de la Coupe de la Ligue face au PSG serait arbitrée par Stéphane Lannoy, ils ont fait grise mine. Car l'officiel était déjà au sifflet de la précédente finale lyonnaise dans cette compétition : face à l'OM en 2012. Pas d'erreur d'appréciation à l'époque, mais une méfiance de l'homme en noir devenue presque réflexe cette saison tant l'OL s'estime victime d'injustices.

Il faut dire que ces dernières semaines, les erreurs se sont multipliées, comme le 16 mars dernier où les trois buts de la victoire monégasques (3-2) étaient entachés de positions de hors-jeu . Le 30 aussi, lors du derby perdu face à Saint-Etienne (2-1) , durant lequel Lyon estimait qu'un penalty lui avait été injustement refusé.

Le tweet de Aulas en plein match

Alors, dans ce contexte, lorsque Stéphane Lannoy a accordé un penalty aux Parisiens samedi soir (32e minute), pour une faute peu évidente du gardien Anthony Lopes sur Lucas Moura aux abords de la surface, le sang de Jean-Michel Aulas n'a fait qu'un tour. Et le président lyonnais de twitter avant même le coup de sifflet final :

S'en sont ensuite suivis des scènes comme seul JMA peut en offrir au football français. Lors de la remise du trophée, il a refusé de serrer la main de M. Lannoy et a ensuite expliqué son choix en zone mixte.

"On est mal traités"

"J'ai revu les images à la télé, a insisté le président lyonnais. La faute est en dehors de la surface et le joueur vient toucher Anthony alors qu'il n'a plus le ballon. Ce n'est pas l'erreur qui me gêne, l'erreur est humaine... Mais l'erreur est toujours dans le même sens. On est mal traités. Lyon a été lésé. Les efforts collectifs sont remis en cause par des erreurs d'arbitrage, ça peut poser problème sur le plan moral."

Un discours repris ensuite en cœur par ses joueurs, dont Maxime Gonalons. "Même si le Paris SG mérite la victoire, c'est vrai que sur le deuxième but, il y a une grosse incompréhension, estime le capitaine de l'OL. On a revu les images. La faute n'existe presque pas et l'arbitre en a décidé ainsi..." Un "presque pas", quelques centimètres, qui ont visiblement fait toute la différence aux yeux de Stéphane Lannoy.

Plus d'articles

Sur le même sujet