Coupe du monde 2018 : à 100 jours de l'échéance, qui pour composer le groupe France ?

J-100 – Les semaines défilent et les places en équipe de France deviennent de plus en plus chères à un peu plus de trois mois du Mondial 2018, qui se déroulera du 14 juin au 15 juillet en Russie. Si Didier Deschamps a déjà un certain nombre de joueurs en tête pour sa liste des 23, quelques surprises pourraient s'inviter en Russie. Petit état des lieux.

La dernière ligne droite est lancée dans la course au Mondial 2018. A un peu plus de trois mois du début de la compétition en Russie, Didier Deschamps scrute avec attention les performances de nombreux joueurs tricolores, en quête de la perle rare ou du joueur qui viendra apporter une valeur ajoutée à un groupe déjà bien établi. Les 23 et 27 mars prochains, le sélectionneur des Bleus aura l'occasion de tester une dernière fois des joueurs avec le vent en poupe, à l'occasion des matchs amicaux face à la Colombie et la Russie. Entre valeurs sûres, incertitudes et surprises, qui pourrait, à l'heure actuelle, intégrer le groupe France ?

Dans les cages, rien ne bouge

Dans la hiérarchie des gardiens, le temps n'est certainement pas à la révolution. Le portier de Tottenham Hugo Lloris, capitaine des Bleus, est indéboulonnable dans les cages, et devrait, sauf surprise, être accompagné du Marseillais Steve Mandanda, éternelle doublure de l'ancien Lyonnais et très performant cette saison, et du Parisien Alphonse Aréola, titulaire avec le PSG et présent dans le groupe France depuis maintenant plusieurs rassemblements. En cas de blessure, le Bordelais Benoît Costil se tient d'ores et déjà prêt à prendre la place de troisième gardien.

Laporte et Debuchy dans les invités surprise ?

En défense, si la situation est moins figée, certains joueurs partent avec une vraie longueur d'avance. Ainsi, le Barcelonais Samuel Umtiti, le Madrilène Raphaël Varane, le Gunner Laurent Koscielny, en défense centrale, et le latéral droit monégasque Djibril Sidibé devraient être du voyage sauf blessure. Blessé au genou droit depuis le 23 septembre dernier, l'arrière gauche de Manchester City Benjamin Mendy, qui prévoit un retour sur les terrains face à Manchester United le 7 avril prochain, se place en favori pour occuper le couloir gauche, à condition de retrouver une condition physique digne de ce nom. Derrière lui, le Parisien Layvin Kurzawa et le Blaugrana Lucas Digne sont sur la même ligne, alors que le Phocéen Jordan Amavi se positionne en embuscade.


Dans le couloir droit de l'arrière-garde, l'incertitude règne derrière Djibril Sidibé, le Niçois Christophe Jallet se faisant vieillissant et la surprise de Stuttgart Clément Pavard ne disposant pas d'un grand vécu en sélection. Devant ce flou artistique, un joueur pourrait revenir de très loin et accrocher le wagon bleu : Mathieu Debuchy. Au placard ces derniers mois à Arsenal, l'ancien Lillois s'est relancé à Saint-Etienne cet hiver et multiplie les belles performances, aussi bien défensivement qu'offensivement, inscrivant deux buts en cinq rencontres de Ligue 1. En charnière centrale, Presnel Kimpembe, de plus en plus impressionnant dans la rotation du PSG, postule à une place dans l'effectif en tant que quatrième stoppeur. Tout comme Aymeric Laporte, longtemps snobé par Deschamps mais qui s'impose progressivement dans le onze de Manchester City, futur champion d'Angleterre.

Le milieu de terrain verrouillé à double-tour ?

Dans l'entrejeu, un noyau est d'ores et déjà constitué par le sélectionneur des Bleus. Ainsi, sauf catastrophe, Paul Pogba, malgré une entente difficile avec son coach José Mourinho à Manchester United, N'Golo Kanté, essentiel à Chelsea et Corentin Tolisso, également performant au Bayern Munich et convaincant lors de ses dernières sorties en Bleu devraient prendre part à l'aventure russe. Tout comme Blaise Matuidi, à peine revenu de blessure avec la Juventus Turin et taulier du vestiaire de Deschamps, et dans une moindre mesure Adrien Rabiot, étincelant sous les ordres d'Unai Emery. 


Derrière ces cinq joueurs, Steven N'Zonzi et Moussa Sissoko sont susceptibles de jouer les pompiers de service en cas de défection. Le premier avait fait bonne impression lors du dernier rassemblement quand le second fait partie des "historiques" du groupe France, malgré un statut de remplaçant à Tottenham cette saison, devancé par le Belge Mousa Dembélé, l'Anglais Eric Dier et en concurrence avec Harry Winks et Victor Wanyama.

Embouteillage en attaque

Aux avant-postes, les places sont également très chères. Alors qu'Antoine Griezmann, déjà intouchable ces derniers mois, brille de mille feux depuis quelques semaines, avec un quadruplé et un triplé inscrits sur les trois derniers matchs de l'Atletico Madrid. Suivent dans son sillage, Kylian Mbappé, très apprécié de Didier Deschamps et auteur d'un but face à l'Olympique de Marseille il y a dix jours (3-0), Nabil Fékir, véritable maestro de l'OL avec 16 buts en Ligue 1 et Florian Thauvin, dans une forme olympique avec l'équipe de Rudi Garcia cette saison, compilant 16 buts et 11 passes décisives dans l'élite.


Sur les ailes toujours, les promesses montrées par Anthony Martial et Kingsley Coman à l'automne ne sont plus vraiment d'actualité. Le Mancunien se révèle moins efficace notamment depuis l'arrivée du Chilien Alexis Sanchez alors que le Munichois pourrait bien avoir dit adieu au Mondial, se blessant à la cheville en Bundesliga et observant une absence d'au moins deux mois. Une absence qui pourrait profiter à Ousmane Dembélé, qui revient progressivement de sa blessure à la cuisse malgré un temps de jeu réduit. 


Mais les deux grands perdants de cette liste pourraient se situer à Londres. Alexandre Lacazette dispose en effet d'un temps de jeu limité et se retrouve cantonné au banc des Gunners depuis l'arrivée de Pierre-Emerick Aubameyang cet hiver, quand son ancien coéquipier Olivier Giroud, fraîchement arrivé à Chelsea, subit le même sort, Antonio Conte préférant ces dernières semaines aligner un milieu offensif en pointe plutôt que lui ou Alvaro Morata. A ce petit jeu, Bafétimbi Gomis, en feu avec Galatasaray cette saison, ayant inscrit 24 buts en 23 rencontres de championnat, pourrait griller la politesse à ces compères d'attaque en juin prochain. Cinq ans après sa dernière sélection, face au Brésil en juin 2013 (3-0).

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter