Coupe du monde 2018 et 2022 : l'enquêteur réfute les conclusions de la Fifa

Football
FOOTBALL – Après avoir pris connaissance de l'enquête sur les conditions d'attribution de la Coupe du monde 2018 et 2022, la Fifa a conclu qu'il n'y avait pas de raisons suffisantes pour remettre en cause tout le processus. Mais l'auteur, Michael Garcia, n'est pas du tout d'accord avec l'instance qui a commis de nombreuses erreurs dans l'interprétation de son rapport.

Des “comportements douteux” mais pas de corruption. C'est ce qu'a conclu la Fifa après avoir épluché le “rapport Garcia”, du nom de l'ancien procureur fédéral américain qui a enquêté sur les conditions d'attribution des Coupes du monde 2018 en Russie et celle de 2022 organisée par le Qatar.

Mais dans la foulée de la déclaration officielle de l'instance mondiale du football , qui pensait ainsi couper court aux doutes persistants qui entourent la candidature et la victoire du Qatar, Michael Garcia y est allé de sa petite précision. Enfin pas si petite que ça.

EN SAVOIR +
> Le Qatar peut-il perdre la Coupe du monde 2022 ?
> Notre dossier spécial sur le Qatar

Car, si le président de la chambre de jugement de la commission d’éthique de la Fifa, l'Allemand Hans-Joachim Eckert, a bien voulu reconnaître des "faits répréhensibles", ils "ne sont que de portée très limitée" et "loin d’atteindre un niveau qui impliquerait de se pencher à nouveau sur le processus et encore moins de le rouvrir".

Des interprétations qui ont fait bondir l'auteur de l'enquête, Michael Garcia, qui n'a pas tardé à réagir. Cet ancien avocat, après avoir investigué pendant dix-huit mois, a remis en cause les conclusions de son commanditaire, qui contiennent des interprétations erronées ou factuellement incomplètes". Il compte bien faire appel auprès de la commission d'éthique.

Un tollé outre-Manche

En Angleterre, où l'on ne digère toujours pas d'avoir perdu lors de la procédure d'attribution des deux Coupes du monde et où l'on crie à la manipulation, ce rapport et la réaction de Garcia ont fait l'effet d'une bombe. Bien qu'il soit reproché à la Fédération anglaise (FA) d'avoir floué les règles de candidatures et d'avoir porté atteinte à l'image de la Fifa, les parlementaires réclament la publication in extenso du rapport de 430 pages .

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter