Russie-France : Dembélé et Pogba visés par des cris de singes à Saint-Petersbourg

RACISME - Selon l’Agence France Presse, les joueurs de l’équipe de France Ousmane Dembélé et Paul Pogba ont été visés par des cris de singes à plusieurs reprises mardi à Saint-Petersbourg lors du match amical remporté par les Bleus contre la Russie (1-3).

A moins de trois mois du coup d’envoi de la Coupe du monde en Russie, le pays organisateur ne semble pas avoir encore tout mis en place pour accueillir avec égards l’ensemble des acteurs des sélections qualifiés pour le rendez-vous planétaire. Alors que le racisme est un fléau récurrent dans la société russe, donc dans les stades, des joueurs de l’équipe de France ont malheureusement été à leur tour les cibles de manifestations hostiles mardi à Saint-Petersbourg.

Selon un photographe de l’Agence France Presse posté sur la pelouse pour faire des clichés de la rencontre, Ousmane Dembélé a été visés par des cris de singe à plusieurs reprises. Notamment sur deux corners tirés par l’attaquant du FC Barcelone. Mais l’ancien Rennais n’a visiblement pas été la seule victime de certains spectateurs russes. Selon plusieurs internautes, qui se sont exprimés sur les réseaux sociaux pendant le match, des cris de singe ont également visé le milieu de terrain tricolore Paul Pogba aux alentours de la 73eme minute.

Pas de problème particulier selon le sélectionneur russe...

Pour le moment, personne n’a réagi du côté de la délégation française. Ni les deux joueurs, ni la Fédération française. En revanche, nul doute que la Fédération internationale (FIFA) prêtera une oreille attentive à ces nouvelles manifestations de haine à l’approche du Mondial (14 juin - 15 juillet). Des agissements qui promettent vraiment une ambiance très "sympathique" du côté de la Russie en juin et juillet puisque, outre le racisme, le hooliganisme est également source d’inquiétude.

Pourtant, malgré le "dernier avertissement’’ adressé par la Fédération russe aux supporters du Spartak Moscou - qui avaient entonné des chants racistes à l’encontre du gardien brésilien du Lokomotiv Moscou, Guilherme Marinato - tous les acteurs et dirigeants du football russe n’ont pas la même vision de la situation. Ainsi, le sélectionneur national lui-même (Stanislav Cherchesov) a indiqué début mars à la chaîne de télé brésilienne Globo TV : "Je ne pense pas que nous ayons du racisme sur une échelle qui doit être combattue pendant le Mondial."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter