Coupe du monde 2018 : pourquoi y aura-t-il si peu de supporters des Bleus en Russie ?

FOOTBALL – La Fédération française de football (FFF) indique que 17.000 supporters des Bleus feront le déplacement en Russie pour les encourager pendant la Coupe du monde. Un contingent 20 fois inférieur à celui des supporters allemands...

Si la France peut légitimement prétendre à une place dans le dernier carré de la prochaine Coupe du monde, elle se trouve, en revanche, bien loin du top 10 des pays qui réuniront le plus grand nombre de supporters en Russie durant la compétition. La Fédération française de football (FFF) recense en effet 17.300 fans qui iront voir les Bleus jouer durant le tournoi. C’est 20 fois moins que l’Allemagne, qui revendique, elle, 338.414 suiveurs pour son équipe nationale. Ces chiffres correspondent aux 4.905.169 billets vendus par la Fifa, répartis par l'instance elle-même en fonction des pays des acheteurs. 

Le top 10

  • 1Russie

    2.503.957 billets achetés

  • 2Allemagne

    338.414 billets achetés

  • 3Argentine

    186.005 billets achetés

  • 4Mexique

    154.611 billets achetés

  • 5Brésil

    140.848 billets achetés

  • 6Pologne

    128.736 billets achetés

  • 7Espagne

    110.649 billets achetés

  • 8Pérou

    100.256 billets achetés

  • 9Colombie

    87.786 billets achetés

  • 10Etats-Unis

    87.052 billets achetés

Certes, une nouvelle phase de vente est prévue pour le 13 mars, toujours sur le site de la Fifa, mais la France n’a pas la moindre chance, au regard de son retard, de rivaliser avec l’immense majorité de ses rivaux. Même le modeste Pérou, qu’elle affrontera dès la phase de poules, cumule déjà plus de 100.000 supporters prêts à faire le déplacement. 

D’ailleurs, quand on regarde le détail match par match, on comprend déjà que les supporters tricolores auront bien du mal à se faire entendre. Car, sur les 17.300 Français qui iront en Russie, 9.000 seulement ont la certitude de voir des matchs : 2.000 à Kazan, le samedi 16 juin pour France-Australie, autant le jeudi 21 à Ékaterinbourg pour France-Pérou, puis 5.200 à Moscou le mardi 26 pour France-Danemark. Les 8.100 supporters restants espèrent, eux, voir les Bleus lors d’un match à élimination directe (à partir des 8es de finale), mais sans savoir si les hommes de Didier Deschamps termineront 1ers ou 2es de leur groupe, et donc dans quelle partie du tableau ils se trouveront...

En vidéo

Euro 2016 : Fabien Bonnel, le plus grand supporter des Bleus

Comment expliquer ce décalage avec les autres grandes, et même moins grandes, nations du jeu (même les Anglais, malgré la crainte de nouvelles échauffourées avec les Russes, cumulent 26.600 demandes) ? Sollicité par LCI, Fabien Bonnel, qui suit les Bleus partout depuis 14 ans et a pris la tête des Irrésistibles français, le premier groupe de supporters de notre sélection, n’y va pas par quatre chemins au moment de répondre à la question.

"Nous ne sommes pas une nation de football (rires). Tout simplement ! Déjà, on est en train de rattraper notre retard dans les stades, l’ambiance se construit petit à petit autour des Bleus, alors que pour plein d’autres pays, elle était là depuis longtemps, note-t-il. Si vous comparez, en l’Allemagne, le nombre de supporters officiels est bien plus important que celui de la France. Au niveau du supportérisme de l’équipe nationale, nous sommes une petite nation. C’est complètement culturel. Mais c’est en développement. En 2010, on était encore parmi les dernières nations. Là, par rapport au Brésil en 2014, qui était quand même une Coupe du monde un peu plus sexy et au soleil, c’est déjà pas mal d’avoir exactement autant de monde en Russie."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter