Australie, Pérou, Danemark : comment se préparent les futurs adversaires des Bleus à la Coupe du monde

TOUR DE CHAUFFE - Comme les Bleus, les autres équipes du groupe C du Mondial russe jouent des matches amicaux cette semaine.

Il ne faut pas se tromper. Si la France débute sa préparation de la Coupe du monde en Russie contre la Colombie ce vendredi soir (21h) au Stade de France, c'est pour envisager plus sereinement sa deuxième rencontre du groupe C prévue en juin prochain contre le Pérou. Une  manière de proposer aux Bleus une opposition face à des joueurs réputés pour jouer avec une indéfectible grinta et ainsi éviter une mauvaise surprise.


Un pragmatisme auquel les trois premiers adversaires (Australie, Pérou et Danemark) de la bande à Lloris, Varane, Matuidi et Griezmann  souscrivent largement dans le cadre de leurs préparations. 

L'actuel 37e au classement FIFA devra se racheter une conduite. L'Australie est opposée ce vendredi à la Norvège à Oslo. Il s'agira notamment du premier match de Bert van Marwjik, 65 ans (notamment coach des Pays-Bas entre 2008 à 2012 et finaliste du Mondial 2010 avec les Oranjes) et nommé fin janvier à la tête des Socceroos.  En effet, la place sur le banc était vacante depuis le mois de novembre suite à l'éviction d'Ange Postecoglou qui avait peiné pour qualifier les Australiens lors des barrages contre le Honduras, mais, surtout, au tour précédent contre la modeste équipe de Syrie (3-2 sur l'ensemble des deux confrontations). 


Pour essayer d'insuffler une nouvelle dynamique, le technicien batave a fait appel à de nouveaux éléments tels que l'ailier Andrew Nabbout (Urawa Red Diamonds), le milieu Dimitri Petratos (Newcastle), le défenseur Aleksandar Susnjar (Mlada Boleslav) et le gardien Daniel Vukovic (Genk). Et aussi à des  joueurs d'expériences comme le gardien Brad Jones, le milieu Joshua Brillante et le défenseur James Meredith qui font, eux, leur retour. 

En vidéo

Coupe du monde 2018 : l'Australie, zoom sur l'adversaire des Bleus

Le Pérou, sur une phase ascendante

L'invité surprise de la zone Amsud  (cinquième devant le Chili, le Paraguay et l'Equateur) va disputer sa première phase finale depuis 1982. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, la Blanquirroja a vu la suspension (pour dopage) de son leader et capitaine Paolo Geurrero se réduire de un an à six mois, ce qui lui permet d'être sélectionnable pour le Mondial. Mais en attendant, il manque cependant ce rassemblement de mars. 


Le 11e au classement mondial  a choisi d’effectuer une tournée aux États-Unis pour y défier des adversaires de calibres européens. Et de bien préparer ses rencontres face à la France et le Danemark. Ainsi, le Pérou affronte la Croatie, ce vendredi à Miami, puis l’Islande, mardi prochain à Harrison.

En vidéo

Coupe du monde 2018 : le Pérou, zoom sur l'adversaire des Bleus

Le Danemark, une équipe pragmatique

Le Danemark (12e au classement FIFA) débutera sa Coupe du monde contre le Pérou. Il a a donc décidé de se tester face à deux sélections sud-américaines. Déjà vainqueur aux forceps du Panama (1-0, but de Pione Sisto) ce jeudi, la bande à Christian Eriksen va défier le Chili ce mardi. Le sélectionneur Age Hareide a rappelé pour l’occasion les défenseurs Riza Durmisi (Betis) et Nicolai Boilesen (Copenhague). 

En vidéo

Coupe du monde 2018 : le Danemark, zoom sur l'adversaire des Bleus

Le match Danemark-France sera la  sixième confrontation entre les deux nations lors d'une phase finale de grand tournoi. Et pour la petite histoire, un duel face aux Danois a toujours accouché d'un triomphe ou d'un fiasco pour les Bleus. Lorsque la France est devenue championne d'Europe (1984, 2000) ou du monde (1998), elle a battu le Danemark au premier tour. En revanche, quand l'équipe au maillot frappé du coq a fléchi contre les Scandinaves (Euro 1992, Mondial 2002), elle a été éliminée lors de ce même premier tour...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter