Coupe du monde 2018 : trois questions que pose le VAR, l'arbitrage vidéo

SPORT - Gianni Infantino, le patron de la Fifa, a confirmé vendredi soir que l'arbitrage vidéo serait autorisé lors de la Coupe du monde qui se tiendra en Russie. Le feu vert avait été déjà donné le 3 mars à Zurich par le Board, l'organe garant des lois du jeu de la Fifa.

La décision est confirmée : l'arbitrage vidéo sera bien en vigueur durant la Coupe du monde de football, en Russie, au mois de juin prochain. C'est ce qu'a annoncé vendredi soir Gianni Infantino, le patron de la Fifa, validant ainsi le choix fait le 3 mars par l'Ifab (International football association board).


L'Ifab s'était notamment dit encouragé par les résultats positifs des différentes expériences en matière de VAR (arbitres assistants vidéo, ndlr) conduites sur plus de 800 matches officiels dans 20 compétitions". Mais alors en quoi ça consiste ? 

L'arbitrage vidéo, kesako ?

L'arbitrage vidéo est un procédé qui sert, selon l'Ifab, à repérer des "erreurs claires et évidentes". Dans l'échantillon de rencontres sportives que l'institution a observé, afin de prendre sa décision, il apparaît qu'une erreur de ce type est repérée tous les trois matches. 

Dans quelles situations s'applique l'arbitrage vidéo ?

Dans son document de synthèse, l'institution rappelle que le VAR ne peut s'appliquer que dans quatre situations : valider un but, d'abord. Attribuer ou non un carton rouge à un joueur, ensuite, ou encore analyser une action pour savoir si elle vaut un penalty, ainsi que corriger une erreur dans la pénalisation d'un joueur par l'arbitre. 

Est-ce que ça fait perdre beaucoup de temps pendant le match ?

Va-t-on se retrouver avec des matches à rallonge ? Pas forcément. Au cours de ses observations lors des compétitions officielles, le board a estimé que l'arbitrage vidéo représentait moins de 1% du temps total d'une partie. Bon à savoir, aussi : une vérification visuelle grâce à la vidéo, dure en moyenne vingt secondes. Et en moyenne toujours, les arbitres y ont recours un peu moins de cinq fois par rencontre. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter