Coupe du monde 2019 : Corinne Diacre n'a "pas encore digéré" l'élimination des Bleues en quart de finale

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

FOOTBALL - Alors que la Coupe du monde touche à sa fin ce dimanche, la sélectionneuse de l'équipe de France Corinne Diacre est revenue sur le parcours des Bleues. A Telefoot et au Parisien, elle avoue que l'élimination face aux Etats-Unis a été "difficile" et qu'elle n'est "pas encore digérée".

Éliminées en quart de finale de la Coupe du monde par les Etats-Unis (2-1), les Françaises ont eu du mal à digérer leur défaite prématurée. A commencer par la sélectionneuse Corinne Diacre. A Telefoot, elle explique avoir "connu des jours meilleurs" et dans une interview au Parisien, elle avoue : "Ce n'est pas encore digéré, il faudra du temps". 

Au journal, la sélectionneuse a raconté les heures qui ont suivi la défaite des Bleues : "Ça a été difficile. On se repasse toute la compétition : ‘Qu’est-ce qu’on a fait, qu’est-ce qu’on n’a pas fait, qu’est-ce qu’on aurait pu faire… ?’ Autant de questions qui restent sans réponses. On avait beaucoup travaillé, anticipé, et malgré tout on voit qu’il nous manque un petit truc. Mon seul regret, c’est ce premier but encaissé sur quelque chose qu’on avait vraiment identifié", explique-t-elle en référence au but inscrit par Megan Rapinoe sur coup-franc à la 5e minute de jeu.

Lire aussi

Le Sommer mise en cause

Corinne Diacre est également revenue sur le niveau de l'équipe de France pendant cette compétition, alors que le manque d'efficacité notamment en attaque a souvent été critiqué, ainsi que les lacunes de certaines joueuses cadres comme Gaëtane Thiney. "Moi aussi je reste sur ma faim. On a fait des matches de préparation bien plus probants que les cinq joués au Mondial. Pour quelle raison ? En amical, il n’y a pas d’enjeu." a-t-elle déclaré au Parisien. "On ne peut pas dire qu’on a eu un collectif performant. Ca veut donc dire que nos individualités n’ont pas été performantes."

A Telefoot, Corinne Diacre est revenue plus longuement sur le cas de l'attaquante Eugénie Le Sommer, et a justifié sa décision de la placer sur le côté gauche plutôt que dans l'axe : "Eugénie ça fait 20 mois qu’elle joue à gauche avec moi. Et quand elle a joué dans l’axe avec son club, on ne peut pas dire que c’est là qu’elle a été la plus performante." Avant de remettre en cause la performance de sa joueuse au cours du quart de finale : "Notre idée, notre plan de jeu ce n’était pas qu’elle reste à gauche. Sauf que c’est ce qu’elle a fait. Pour quelles raisons ? Je pense qu’on on discutera plus tard."

Diacre assume tout

Avant la compétition, la sélectionneuse avait fait le choix de ne pas retenir Marie-Antoinette Katoto, l'attaquante du PSG meilleure buteuse de D1, et Kheira Hamraoui, la milieue de terrain du FC Barcelone. Elle les assume. "Je sais que je ne me suis trompée ni sur l’aspect sportif ni sur le plan humain. Quand on vit huit semaines à 39 personnes, ce n’est pas pour se mettre sur la tronche tous les jours. On n’a pas que ça à faire. Il me fallait des filles en phase avec le projet de jeu et le projet de vie."

Enfin, Corinne Diacre se réjouit de l'enthousiasme suscité par ce Mondial et son équipe. "Je suis allée faire mes courses lundi matin, j’ai mis deux heures. (…) Je n’ai pas eu un seul commentaire négatif. Il y a de la bienveillance. Je suis ravie pour mes joueuses, la Fédération et les femmes des générations passées, celles qui n’ont pas eu le droit de jouer au football, que la discipline ait recueilli un tel engouement." Elle estime toutefois qu'il aurait été difficile de son équipe d'aller au bout de cette compétition et d'être sacrée. "On peut mieux faire. Mais avait-on les moyens d’atteindre l’objectif de la finale ? Je ne regrette pas qu’il l’ait fixé. De toute façon, on se le serait imposé. Le défi avait beau être logique, il n’en était pas moins immense." Rendez-vous en 2023.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter