"Discipliné", "beaucoup plus athlétique" ... Avant France-USA, le soccer raconté de l’intérieur

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

EXPÉRIENCE - Nos Bleues défient vendredi soir au Parc des Princes ce qui se fait de mieux en matière de foot féminin. Avant le grand choc, on a parlé avec Ghoutia Karchouni, joueuse des Girondins de Bordeaux et passée par les Boston Breakers, de son expérience et de ses impressions sur le football à l'américaine, le "soccer".

Ce vendredi, en quart de finale du Mondial 2019, l’équipe de France féminine défie la "USWNT", une  sélection américaine qui a gagné tout ce qu'il y a à gagner dans le football : trois mondiaux (1991, 1999, 2015), quatre fois médailles d'or aux JO (1996, 2004, 2008, 2012). Histoire de rappeler ce glorieux (et récent) passé, dans cette Coupe du monde, elles ont frappé fort en infligeant un 13-0 aux Thaïlandaises en phase de poule.


Après un parcours sans faute en phase de groupes et en huitième de finale, écartant notamment le Brésil de Marta (2-1), les Bleues espèrent créer la sensation à domicile face aux tenantes du titre, dans un Parc des Princes plein à craquer. Si de nombreuses joueuses américaines ont déjà foulé le sol français et côtoyer le championnat de France, à l’instar d’Alex Morgan et Megan Rapinoe, des Tricolores ont également fait le chemin inverse. 


Ce fut le cas de la capitaine des Bleues Amandine Henry, passée par Portland, de la désormais consultante Camille Abily, qui a évolué aux Los Angeles Sol et au FC Gold Pride, ou encore de Sonia Bompastor, ancienne arrière latérale passée par le Washington Freedom. "Ça a été une super expérience. C'est un foot complètement différent, avec une intensité dingue. Du lundi jusqu'à la veille du match, elles bossent comme des folles. Moi, je galérais, je finissais les matchs lessivée et je faisais souvent des nuits blanches après" déclarait cette dernière à La Dépêche du Midi à son retour.

En vidéo

France - Brésil : Voir le résumé du match en vidéo

Là-bas, j’ai beaucoup appris sur la discipline.Ghoutia Karchouni, milieu de Bordeaux, passée par les Etats-Unis.

Comme elles, Ghoutia Karchouni, milieu de terrain évoluant aux Girondins de Bordeaux, a fait le grand saut en 2016. Elle a effectué six mois au sein des Boston Breakers. Pour LCI, la footballeuse de 24 ans revient sur son passage enrichissant outre-Atlantique. A l'instar de Sonia Bompastor, la rigueur, le travail et l'intensité des entraînements l'ont particulièrement marquée : "J’ai été très impressionnée par leur préparation physique. On passe énormément de temps en musculation et sur le terrain. Les entraînements sont longs et intensifs" explique-t-elle.


"La différence entre les deux championnats est qu’aux États-Unis, c’est beaucoup plus athlétique, il y a surtout beaucoup d’attaques rapides. En France, les équipes sont bien plus techniques et tactiques. Ce sont deux façons de jouer bien différentes, mais tout aussi efficaces" ajoute la footballeuse, qui a beaucoup appris lors de ces six mois aux Boston Breakers : "J’ai beaucoup appris sur la discipline. Les Américains sont très sérieux quand il s’agit de travailler. J’ai compris là-bas que le travail au quotidien était la clef pour réussir."

En vidéo

Espagne - Etats-Unis : Voir tous les buts du match en vidéo

Amandine connait parfaitement leur façon de jouer et cela peut être un avantage.Ghoutia Karchouni, milieu de Bordeaux, passée par les Etats-Unis.

La Bordelaise a également été frappée par l'accueil lui étant réservée à son arrivée dans la capitale du Massachusetts : "Les dirigeants, le staff, les joueuses et les supporters se sont montrés très chaleureux, souriants et tout le monde a fait en sorte que je me sente très bien immédiatement." "Les Américains aiment beaucoup le football féminin. Les gens se déplacent et payent sans problème leurs places, les supporters ont les maillots des joueuses, c’est vraiment beau à voir" détaille-t-elle à propos de l'engouement du football que l'on appelle soccer aux Etats-Unis.


Sans se prêter aux jeux des pronostics, Ghoutia Karchouni estime que les joueuses de Corinne Diacre ont leurs chances face à l'ogre américain, notamment en raison du passage d'Amandine Henry outre-Atlantique : "Amandine connait parfaitement leur façon de jouer et cela peut être un avantage. Mais les deux nations se connaissent très bien, nombreuses sont les Américaines ayant évolué en France. Je pense que ça va être un très beau match de football féminin, dans lequel la France a toutes ses chances."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter