Coupe du monde 2019 : pour l'internationale Amandine Henry, il ne faut "pas s'enflammer, mais enflammer le terrain"

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

J-9 - Invitée de France Inter mercredi matin, la milieu de terrain de l'équipe de France Amandine Henry, qui s'apprête à disputer le Mondial 2019 en France, a évoqué la ferveur grandissante dont font l'objet les Bleues et leur état d'esprit à neuf jours du début de la compétition.

A neuf jours du début de la Coupe du monde de football féminine, qui sera à suivre du 7 juin au 7 juillet prochain sur TF1, l'attente autour de l'équipe de France féminine se fait de plus en plus pressante. Invitée de France Inter ce mercredi matin à l’occasion de la livre de son livre Croire en ses rêves ! Le journal d’une championne, l’internationale française Amandine Henry l'a constaté : "Cela fait un bon moment que le foot féminin est sérieux mais c’est vrai que c’est l’une des premières années où on sent un tel engouement, une grande ferveur à travers nous donc on est super contentes. Et puis on a hâte de le rendre sur le terrain."

"Tout a changé au niveau médiatique, toutes les joueuses ont pu le voir, cette saison a été super chargée. Même en dehors du terrain, c’est très sérieux et rigoureux. On est arrivées dans la cour des grands" ajoute-t-elle, avant d’évoquer l’état d’esprit des Bleues : "On a engrangé de l’expérience, il y a beaucoup de jeunes qui amènent de la folie, de la fougue. (…) On a la tête sur les épaules, il ne faut pas s’enflammer, il faut enflammer le terrain surtout, mais cela peut aller très vite, vers le haut comme vers le bas. Il faudra tout donner le jour J."

Lire aussi

Qu’on soit garçon ou fille, la preuve c’est le terrain.- Amandine Henry, milieu de terrain de l'équipe de France.

La footballeuse de 29 ans est également revenue sur les différences de traitement qu’elle avait notamment subies plus jeune, lorsqu’elle a débuté le football : "Il y a forcément beaucoup de critiques, d’a priori mais quand on fait ses preuves sur le terrain, on fait taire tout le monde. Qu’on soit garçon ou fille, la preuve c’est le terrain."

Concernant la rémunération des footballeuses, à des années-lumières de leurs homologues masculins, Amandine Henry est consciente de cet écart conséquent mais salue l’évolution constatée ces dernières années : "Je pense qu’on gagne 100 fois moins que Kylian Mbappé, mais on est très heureuses comme ça, on ne joue pas pour l’argent. Si on demande aux joueuses qui jouaient 20 ans en arrière, elles auraient aimé être à notre place. On n’est pas à plaindre, loin de là. Après, j’espère que le foot féminin évoluera dans ce sens aussi."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter