"Ça nous laisse un goût amer" : l'Espagnole Torrecilla en colère après le penalty litigieux accordé aux Etats-Unis

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

LITIGIEUX - Au bout d'un match serré face à l'Espagne, les Etats-Unis se sont qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe du monde 2019, lundi 24 juin (2-1). Une qualification obtenue notamment grâce à un penalty généreux accordé à Rose Lavelle et validé par le VAR dans le dernier quart d'heure. Une décision qui a eu du mal à passer pour les Ibériques.

C’est un penalty qui a fait couler beaucoup d’encre lors du huitième de finale entre l’Espagne et les Etats-Unis. A la 70e minute de jeu, alors que les deux équipes sont au coude à coude, l’Américaine Rose Lavelle s’écroule dans la surface après un léger contact avec la milieu espagnole Virginia Torrecilla. Aussitôt, l’arbitre indique le point de penalty, avant d’aller vérifier longuement l’action à l’aide du VAR. Finalement, le penalty est accordé et transformé par Megan Rapinoe (76’), déjà buteuse sur penalty en début de match (7’).


Après la rencontre, les Espagnoles se sont indignées de cette décision qui leur a coûté la rencontre, à commencer par la principale intéressée, Virginia Torrecilla. "Je ne la touche pas, je n'ai pas compris quand l'arbitre a sifflé penalty. Je n'ai jamais eu l'intention de faire une faute. Je touche le ballon et après, oui, c'est vrai que je la touche, puisqu'elle arrive par derrière. Mais je n'ai pas fait de faute", a assuré la joueuse de Montpellier.

En vidéo

Espagne - Etats-Unis (1 - 2) : Voir le but sur penalty de Rapinoe en vidéo

Dans le sens contraire, ils ne les auraient pas sifflés.Virginia Torrecilla, milieu de l'équipe d'Espagne.

"Etre éliminée aux portes des quarts de finale, ça fait mal. Je suis sûre qu'ils sifflent les penalties car ce sont les Etats-Unis, la meilleure équipe du monde. Dans le sens contraire, ils ne les auraient pas sifflés. Ça nous laisse un goût amer, mais on va retenir qu'on a rivalisé avec les meilleures du monde. Le travail fourni par l'équipe a été incroyable", a positivé Torrecilla.


Du côté du sélectionneur espagnol Jorge Vilda, les propos sont plus mesurés et la décision de l’arbitre, acceptée : "Depuis le banc, on n'arrive pas à voir. Les arbitres ont analysé les images avant de prendre les décisions. On accepte toujours les décisions arbitrales donc il n'y a rien d'autre à dire."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter