20 stats sur la Coupe du monde féminine avant le début de la 8e édition

Football
SACRÉS NUMÉROS - Qui a inscrit le but le plus rapide de la compétition ? Quelle est la sélection la plus titrée ? Qui est la plus vieille participante à un Mondial ? LCI vous propose un tour d'horizon en statistiques de la Coupe du monde féminine, dont la huitième édition se déroule en France du 7 juin au 7 juillet.

1 - Comme le nombre de fois où la France a accueilli la Coupe du monde féminine. C'est la deuxième fois seulement que le grand rendez-vous du ballon rond, créé en 1991, passe par l'Europe après avoir fait un stop par l'Allemagne en 2011.


1 - Comme le nombre de fois où le pays organisateur a remporté la Coupe du monde. Il s'agit des États-Unis en 1999. 


3 - Comme le nombre de Coupes du monde remportées par les États-Unis, nation la plus titrée de l'histoire. Sacrées lors de la première édition en Chine puis à domicile en 1999, les Américaines restent sur un succès au Canada en 2015.


4 - Comme le nombre de pays qui participent pour la première fois à la Coupe du monde, à savoir le Chili, la Jamaïque, l'Écosse et l'Afrique du Sud. Aucun débutant n'a jamais réussi à remporter un match en phase à élimination directe.


6 - Comme le plus grand nombre de participations d'une joueuse à la Coupe du monde. La Japonaise Homare Sawa et la Brésilienne Formiga se partagent le record. La milieu de la Seleção vise une septième participation en France.

6 - Comme le nombre de finales de Coupe du monde consécutives qui ne se jouent pas dans une capitale. Après Los Angeles, Carson, Shanghai, Francfort et Vancouver, c'est Lyon qui accueillera le 52e et dernier match du tournoi.


7 - Comme le nombre de nations ayant participé à toutes les Coupes du monde féminine depuis sa création en 1991. On retrouve les États-Unis, triples championnes du monde, l'Allemagne, deux fois titrée, la Norvège et le Japon, un sacre partout. La Suède, le Brésil et le Nigeria, les trois autres pays dans ce cas, n'ont en revanche jamais remporté le Graal ultime.


8 - Comme le nombre de Coupes du monde organisées depuis la naissance de la compétition. Les précédentes ont eu lieu en Chine (1991 et 2007), en Suède (1995), aux États-Unis (1999 et 2003), en Allemagne (2011) et au Canada (2015).


9 - Comme le nombre de villes qui vont accueillir des matches de la Coupe du monde 2019 en France. Les neuf villes hôtes désignées sont Grenoble, Le Havre, Lyon, Montpellier, Nice, Paris, Reims, Rennes et Valenciennes.


10 - Comme le plus grand nombre de buts inscrits par une joueuse sur une seule phase finale. L'Américaine Michelle Akers a marqué 10 de ses 12 buts en Coupe du monde lors du tournoi inaugural disputé en Chine en 1991.

En vidéo

La bande-annonce de la Coupe du monde féminine 2019 sur TF1

15 - Comme le nombre de buts marqués par une joueuse dans l'histoire de la Coupe du monde. La Brésilienne Marta, sacrée à six reprises meilleure joueuse de l'année par la Fifa, a envoyé 15 fois le ballon au fond des filets en quatre participations.


16 - Comme l'âge de la plus jeune joueuse de l'histoire de la Coupe du monde. En 1999, Ifeanyi Chiejine n'avait que 16 ans et 1 mois lorsqu'elle a fait ses grands débuts dans le tournoi mondial avec le Nigeria contre le Danemark (2-0). 


20 - Comme le plus grand nombre d'années séparant la qualification d'un pays à deux Coupes du monde. Deux décennies après avoir participé au Mondial 1999 aux États-Unis, l'Italie va retrouver la compétition phare en 2019.


27 - Comme le nombre d'arbitres appelées à officier pendant la Coupe du monde. Toutes sont des femmes. Une seule Française a été sélectionnée, il s'agit de Stéphanie Frappart. Elle sera épaulée de Manuela Nicolosi, arbitre-assistante.


30 - Comme le nombre de secondes qu'il a fallu pour inscrire le but le plus rapide en Coupe du monde. Il est l'oeuvre de la Suédoise Lena Videkull en 1991. L'attaquante (111 sélections, 71 buts) a fait trembler les filets contre le Japon (8-0). 

40 - Comme l'âge de la plus vieille joueuse de l'histoire de la Coupe du monde. En 2015, l'Américaine Christie Rampone venait de fêter ses 40 ans depuis 11 jours lorsqu'elle a joué quelques minutes de la finale remportée par les États-Unis. Un record qui tient à un fil puisque la Brésilienne Formiga, 41 ans, devrait devenir cet été la deuxième joueuse de champ la plus âgée à participer à une Coupe du Monde, hommes et femmes confondus, après le Camerounais Roger Milla (42 ans et 39 jours).


52 - Comme le nombre de matches qui se joueront entre le 7 juin et le 7 juillet aux quatre coins de l'Hexagone. À titre de comparaison, il y avait eu 64 rencontres lors de la Coupe du monde masculine l'été dernier en Russie. 


69 - Comme la position occupée par la Côte d'Ivoire au classement Fifa. Les Éléphantes, qui participent à leur deuxième phase finale de Coupe du monde, sont la nation la moins bien classée parmi les 24 équipes engagées.


146 - Comme le nombre de buts inscrits lors de la précédente édition jouée au Canada en 2015, la première sous le format de 52 rencontres. Tout au long de la compétition, 146 buts (2,81 buts par match en moyenne) ont été marqués. Le précédent record avait été établi aux États-Unis en 1999 avec 123 réalisations, avec un nombre de match toutefois moins élevé (3,84 buts par match en moyenne).


90.185 - Comme le nombre de spectateurs au Rose Bowl pour assister à la finale États-Unis-Chine en 1991. Cette 3e édition a battu tous les records d'affluence avec 1.194.215 spectateurs, soit 37.319 personnes en moyenne par match.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter