Coupe du monde 2019 : le subterfuge de la Norvège pour contrer le jeu de tête de Wendie Renard

Football
ASTUCE - Future adversaire des Bleues, mercredi à Nice, la Norvège se prépare à toutes les possibilités. Les joueuses de Martin Sjögren se sont entraînées avec le chef de presse de la sélection, qui mesure 1,96 m, pour pouvoir mieux appréhender Wendie Renard et son redoutable jeu de tête.

Wendie Renard a marqué les esprits. Du haut de son mètre 87, la défenseure des Bleues a activement participé à la démonstration de l'équipe de France contre la Corée du Sud (4-0), vendredi en ouverture de la Coupe du monde. La Lyonnaise a inscrit un doublé de la tête, à chaque fois sur corner. Un atout de taille que la Norvège redoute à l'heure de retrouver les Françaises ce mercredi 12 juin à Nice (à 21h, en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI). Pour contrer le jeu de tête dévastateur de la Lyonnaise sur les coups de pied arrêtés, le staff technique des "Gresshoppene" a rivalisé d'ingéniosité. 


Comme le rapporte la télévision norvégienne TV2, les Norvégiennes ont fait appel lundi à leur chef de presse pour travailler les phases arrêtées afin d'habituer les défenseures à intervenir sur les grands gabarits. Surtout lorsqu'on sait que la plus grande joueuses norvégienne, Ingrid Engen, mesure 1,77 m. Le temps d'une séance d'entraînement qui se déroulait à huis-clos à Cannes, le chargé de presse de la sélection Terje Skeie et son mètre 96 ont donc campé le rôle de la Martiniquaise.

Je suis plus grand qu'elle mais ce sera plus dur de l'arrêter que de m'arrêterTerje SKEIE, chef de presse de la Norvège

"On avait même pensé à lui mettre une perruque", s'est amusé le sélectionneur norvégien Martin Sjögren, pour le rendre encore plus crédible. "C'est un homme à tout faire, il s'occupe un peu de tout en général. Aujourd'hui, il représentait Wendie Renard durant l'entraînement, même si je pense que Renard reste bien meilleure que lui." Un avis partagé par le principal intéressé qui a toutefois pris à cœur sa mission d'un jour. "J'ai eu l'honorable mission de devenir Renard le temps d'un entraînement", a-t-il confié. "J'ai la taille, je suis même plus grand qu'elle. Mais je pense que ce sera plus dur pour nos filles de l'arrêter le jour du match que de m'arrêter moi." Reste à savoir si l'astuce suffira à contenir la menace Wendie Renard.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter