Le carnet de bord du Mondial : Italie-Chine et Pays-Bas-Japon, deux derniers huitièmes indécis

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

DEMANDEZ LE PROGRAMME - Infos, coulisses, anecdotes... Chaque matin pendant la Coupe du monde féminine (du 7 juin au 7 juillet), LCI vous parle de ce que vous réserve la compétition organisée en France. Mardi 25 juin, on finit les huitièmes avec deux affiches dont il est difficile de sortir un favori.

Bonjour la France ! Un an après le titre mondial des Bleus en Russie, et 21 ans après la victoire historique de leurs illustres aînés à domicile en finale face au Brésil (3-0), les Bleues partent à la conquête de leur première étoile. Tous les matins, du 7 juin au 7 juillet pendant la Coupe du monde féminine, la première qui se tient dans l'Hexagone, LCI vous livre à domicile le programme de la journée à venir. Matches du jour, diffuseurs, joueuse à suivre, anecdote... Ne manquez rien de l'actualité de ce Mondial.

Le but que vous devez (re)voir

Comme les Bleues face au Brésil (2-1, a.p) dimanche, les États-Unis ont bataillé pour venir à bout de l'Espagne (2-1) lundi. Et, à l'instar de la France, sauvée par un but d'Amandine Henry en prolongation, les Américaines doivent leur salut à leur capitaine Megan Rapinoe. Après avoir ouvert le score sur penalty en début de match (7e), l'attaquante de Seattle a transformé un nouveau coup pied de réparation (76e), litigieux mais validé par le VAR, pour libérer son équipe chahutée. Grâce à son doublé, faisant d'elle la deuxième joueuse de l'histoire à convertir deux penalties dans un match de Coupe du monde, après l'Espagnole Jennifer Hermoso, déjà en 2019, les USA joueront la France pour une place en demie.

En vidéo

Espagne-États-Unis (1-2) : Voir le but sur penalty de Rapinoe en vidéo

Pourquoi vous ne devez pas rater Pays-Bas-Japon

Vous avez dit spectaculaire ? C'est l'adjectif qui convient à cette affiche des huitièmes de finale. Ce mardi (à 21h, en direct sur TMC), les Pays-Bas retrouvent le Japon au Roazhon Park de Rennes. En huit confrontations, il n'y a jamais eu match nul. Le duel a toujours penché d'un côté ou de l'autre : cinq victoires pour les "Nadeshiko" à trois pour les "Oranjeleeuwinnen". En moyenne, ces affrontements ont produit 3,75 buts par match (30 buts en huit rencontres). Mais, au-delà de son côté prolifique qui donne envie, ce choc a des allures de revanche. Il existe en effet un passif en Coupe du monde entre les deux sélections. Il y a quatre ans, lors du Mondial au Canada, elles s'étaient déjà affrontées au stade des huitièmes de finale. Les Japonaises avaient mis fin aux rêves "oranje" en l'emportant sur le score de 2-1.

Championnes du monde en 2011 et finalistes en 2015, les joueuses d'Asako Takakura sont de nouveau candidates potentielles au titre suprême. Même chose pour les coéquipières de Lieke Martens, championnes d'Europe en titre. Ce duel à couteaux tirés s'annonce donc indécis. Peut-être le plus indécis de ces huitièmes de finale. Bien malin celui capable de dire qui restera sur le carreau. 

Le programme du mardi 25 juin

18h : Italie-Chine (Montpellier) en direct sur Canal+

21h : Pays-Bas-Japon (Rennes) en direct sur TMC et Canal+

Vous allez entendre parler d'elle

Elle est l'arme fatal des Pays-Bas. À 22 ans, Vivianne Miedema n'est pas du genre à perdre son temps. Celle qui a battu des records de précocité en jouant son premier match en élite néerlandaise à l'âge de 15 ans a déjà marquer le "voetbal" de son empreinte. Auteure d'un doublé décisif face au Cameroun (3-1) en phase de poules de la Coupe du monde, elle est devenue la meilleure buteuse de l'histoire des "Oranjeleeuwinnen" avec 60 buts en 77 sélections. Soit un de plus que Manon Melis, qui avait signé sa 59e et dernière réalisation à 29 ans. Une performance réalisée moins de six après sa première cape, à 17 ans.

En vidéo

Pays-Bas-Cameroun (3-1) : Voir le but du record de Miedema en vidéo

Terreur des surfaces, la numéro 9 néerlandaise est un poison permanent. L'attaquante, passée par le Bayern Munich et Heerenveen, évolue depuis deux saisons à Arsenal. Là-bas, son instinct de buteuse est restée intact. Et la meilleure buteuse du championnat anglais ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle a l'intention de faire encore trembler les filets d'ici la fin du Mondial. "Maintenant, il faut essayer de faire grimper le compteur", déclarait-elle il y a quelques jours au site de la Fifa. Le Japon est prévenu.

Le chiffre qui fait la différence

Pour l'Italie, ce n'est désormais que du bonus. Qualifiée pour les huitièmes de finale, et opposée à la Chine mardi à 18h à Montpellier, la "Squadra Azzurra" a déjà rempli l'objectif qu'elle s'était fixée pour sa troisième participation à la Coupe du monde. Les Italiennes de Milena Bertolini, qui n'avaient plus disputé une rencontre de Mondial depuis l'édition 1999 aux États-Unis, seront toutefois animées par l'envie de faire aussi bien qu'il y a 28 ans. Elles avaient alors atteint les quarts de finale. Bis repetita ?

Hors-jeu

Vers l'infini et l'au-delà. Alors que les Bleues battent des records d'audience au fil de leur avancée dans la compétition, l'intérêt pour cette Coupe du monde se vérifie de jour en jour. Depuis la Station spatiale internationale, en orbite à 400 km d'altitude, les astronautes se tiennent au courant des résultats. L'Américaine Anne McClain poste régulièrement des messages d'encouragement pour les joueuses de Jill Ellis. À coup sûr, elle ne manquera pas le quart France-États-Unis vendredi 28 juin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter