Coupe du monde 2019 : les joueuses australiennes exigent des primes égales à celles des hommes

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

COUP DE GUEULE - A trois jours du début du Mondial 2019 de football féminin en France, le syndicat du football australien, le PFA, a adressé une lettre à la FIFA pour dénoncer les inégalités concernant les primes versées aux sélections disputant la Coupe du monde. A l'heure actuelle, l'écart entre hommes et femmes est abyssal : 370 millions de dollars.

Après les Etats-Unis, au tour de l'Australie. Comme le révèle Sports Illustrated, le syndicat représentant les sélections nationales australiennes, à la fois masculine que féminine (Professional Footballers Australia) a rédigé une lettre à destination de la FIFA afin de dénoncer la "discrimination" dont sont victimes les joueuses concernant l'attribution des primes et dotations au Mondial 2019, qui se déroule en France du 7 juin au 7 juillet prochain. Au total, ces dotations s'élèvent à 30 millions de dollars pour la Coupe du monde féminine, contre 400 pour la Coupe du monde masculine 2018 en Russie. 

Le PFA avait déjà alerté la FIFA en octobre dernier concernant ces dotations. Dans sa dernière lettre datée du 29 mai dernier, le syndicat écrit : "Depuis notre lettre initiale, la FIFA n’a pris aucune mesure pour traiter de la substance des problèmes que nous avons soulevés ou de la discrimination que nous avons portée à sa connaissance. Il est clair que la FIFA ne souhaite pas aborder ce problème de manière concrète et certainement pas avant le tournoi."

Lire aussi

Une action en justice prévue par le PFA

Le Professional Footballers Australia souligne également que cet écart se creuse d'année en année, avec une augmentation du fossé estimé à 27 millions de dollars au cours des quatre dernières années. Interrogé par Sports Illustrated, le porte-parole de la PFA, Julius Ross, prévient : "C’est la première étape d’une action en justice. Le PFA a informé une équipe juridique éminente possédant une vaste expérience du droit du travail, de la discrimination, des conflits de rémunération entre hommes et femmes et des droits de l'homme. Nous pensons que la FIFA a, en vertu de ses statuts, une obligation de médiation et d'arbitrage dans cette affaire."

La PFA a publié un site Web dans lequel elle expose ses arguments juridiques, économiques et commerciaux pour que la FIFA attribue un prix équivalent à la Coupe du Monde Féminine, ce qui, selon la PFA, représenterait 336 millions de dollars. Selon le PFA, le montant total des primes versées devrait être de 336 millions de dollars pour un tournoi composé de 24 sélections, contre un montant total chez les hommes de 400M$ pour une compétition à 32 équipes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter