À la découverte des Bleues : qui es-tu, Eugénie Le Sommer ?

Football
EQUIPE DE FRANCE – À l’occasion de la Coupe du monde féminine 2019 qui se tient en France du 7 juin au 7 juillet, LCI vous propose une série de mini-portraits pour mieux connaître les Bleues, en mission pour marcher sur les traces de leurs homologues masculins. Voici Eugénie Le Sommer.

L’équipe de France féminine de football demeure, pour le grand public, un objet de curiosité, la faute à un déficit de notoriété par rapport à son homologue masculine. Pour vous permettre de mieux suivre l’épopée des Bleues lors de la Coupe du monde se tenant, pour la première fois, en France, LCI brosse le portrait de ces joueuses gagnant, plus que jamais, à être connues. Et puisqu’il est de coutume de dégager une star de chaque équipe, focus sur celle des Tricolores, Eugénie Le Sommer.

Son jeu : une serial-buteuse

Elle fait partie de cette caste un peu particulière, celle des animaux à sang froid que sont les finisseurs, dont l’instinct tout entier porte les courses et les gestes. Pied droit, pied gauche, tête, cuisse ou même hanche: tout est bon, chez elle, pour pousser le ballon de l’autre côté de la ligne de but. Ainsi, la carrière d’Eugénie Le Sommer se résume aisément en chiffres : déjà meilleure buteuse de D1 avec  Saint-Brieuc, son premier club (de 2007 à 2010), elle a accentué sa domination sur tous les classements depuis son arrivée à Lyon, dont elle est la meilleure réalisatrice de tous les temps (hommes et femmes confondus) avec 257 pions en 290 matchs de championnat, auxquels s’ajoutent les 42 inscrits en Ligue des champions. Et chez les Bleues, elle culmine à 74 réalisations en 159 sélections, plus très loin du record historique (81 buts) de la retraitée Marinette Pichon. 75, désormais, avec son ouverture du score lors de l'entrée en piste des Bleues contre la Corée du Sud.

Sa personnalité : un engagement sans faille

Cette Bretonne d’adoption, née dans les Alpes-Maritimes avant de faire ses classes dans le Morbihan, est décrite par ses coéquipières comme "une leader par l’exemple" au "fort caractère", n’hésitant jamais à lever la voix si elle en ressent le besoin. Ce qu’elle fait aussi en dehors des vestiaires, dans ses déclarations publiques, mais aussi en organisant des stages pour aider les jeunes joueuses à progresser, ou en réalisant des tutoriels sur internet afin d’expliquer certains gestes techniques. 

Son idée, pour ne pas dire son obsession : "Que les petites filles puissent avoir le choix de pratiquer le football si elles le veulent, sans prêter attention aux regards, aux remarques."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter