À la découverte des Bleues : qui es-tu Delphine Cascarino ?

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

FOOTBALL - À l’occasion de la Coupe du monde féminine qui se tient en France du 7 juin au 7 juillet, LCI vous propose une série de mini-portraits pour mieux connaître les Bleues, en mission pour marcher sur les traces de leurs homologues masculins. Voici Delphine Cascarino.

L’équipe de France féminine de football demeure, pour le grand public, un objet de curiosité, la faute à un déficit de notoriété par rapport à son homologue masculine. Pour vous permettre de mieux suivre l’épopée des Bleues lors de la Coupe du monde se tenant, pour la première fois, en France (du 7 juin au 7 juillet), LCI brosse le portrait de ces joueuses gagnant, plus que jamais, à être connues. En l’occurrence, focus sur l’une des Tricolores les plus prometteuses : Delphine Cascarino (22 ans).

Lire aussi

Son jeu : une dynamiteuse

"Elle, c’est la vitesse. Personne ne peut rivaliser avec elle sur ce plan-là. Son crochet droit est mortel", décrit sa capitaine, Amandine Henry. Ailière technique et virevoltante, Delphine Cascarino est en effet ce qu’on appelle une joueuse de percussion, de celles qui créent des brèches et s’y engouffrent telle une lame dans la défense adverse, le plus souvent depuis le côté droit, pour mieux repiquer dans l’axe sur son pied gauche dévastateur... Bien qu'elle soit droitière.

Voir aussi

Sa personnalité : en quête d’affirmation

Aziz Sabba, son entraîneur des jeunes années à Saint-Priest, où elle a fait ses classes avant de rallier le grand club voisin, l’OL, lui lance ce conseil dans Le Progrès : "Franchement, elle a du feu dans les jambes. Mais il faut qu’elle soit moins introvertie, si elle veut un jour entrer dans l’Histoire." Amandine Henry, elle, se montre plus patiente dans L'Équipe : "Elle a explosé seulement cette année en équipe de France. En dehors (du terrain), elle commence à s’affirmer." 

Peut-être Delphine Cascarino doit-elle encore simplement s’habituer à l’absence de sa sœur jumelle (voir la photo ci-dessus) et défenseuse, Estelle, avec qui elle a toujours joué jusqu’au départ de celle-ci à Juvisy, en 2016, et jusqu’en 2018 chez les Bleues.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter