Cristiano Ronaldo réagit aux accusations de viol : "Je sais que je suis un exemple, sur le terrain et en dehors"

Football
DirectLCI
DÉCLARATION - L'attaquant vedette de la Juventus de Turin, Cristiano Ronaldo, a assuré ce lundi être "un exemple" sur et en dehors du terrain, malgré l'enquête ouverte par la police de Las Vegas sur des allégations de viol remontant à juin 2009.

Cristiano Ronaldo va rejouer à Old Trafford, l’antre de Manchester United, qui l’a vue devenir une superstar du football au début des années 2000. Ce sera mardi soir et c’est pour parler de ce retour que le quintuple Ballon d’or s’est présenté, ce lundi, en conférence de presse. Sauf qu’il n’avait pas encore directement réagi aux accusations de viol qui pèsent sur lui depuis la réouverture d’une enquête le concernant, début octobre, par la police de Las Vegas pour des faits datant de 2009, se contenant jusqu’alors d’un communiqué signé par l’un de ses avocats, parlant d’une relation "complètement consentie".

À la fin, vous saurez la vérité, c’est ce qui compte le plus.Cristiano Ronaldo

L’affaire est donc revenue sur le tapis, ce lundi soir, à travers la question d’un journaliste cherchant à savoir quel impact celle-ci a eu sur lui. "Je sais que je suis un exemple, à 100%, sur le terrain et en dehors, a-t-il répliqué. C’est pour ça que je suis toujours souriant, je suis un homme heureux, je suis béni de jouer dans un club fantastique, j'ai une famille fantastique, j'ai quatre enfants, je suis en bonne santé. J'ai tout ce qu'il faut. Le reste ne me perturbe pas. Je vais très, très bien."

Le Portugais a, en outre, affirmé qu’il gardait tout cela le plus loin possible de lui, pour ne pas que ses performances s’en ressentent : "Dans cette situation, je ne vais pas mentir. Mes avocats sont confiants et, bien sûr, moi aussi. Le plus important, c'est que j'aime le football, j'aime ma vie. Pour le reste, j'ai des gens qui s'en occupent. À la fin, vous saurez la vérité, c’est ce qui compte le plus."

Pour mémoire, Kathryn Mayorga, une Américaine de 34 ans, avait une première fois porté plainte, quelques heures après les faits présumés, mais elle avait alors obstinément refusé de nommer son agresseur, évoquant juste "un joueur de football célèbre", ce qui avait tué dans l’œuf la procédure. Désormais, elle assure vouloir "obtenir justice" et "empêcher que ce qui lui est arrivé arrive à d'autres femmes". Peu après, le quotidien allemand Der Spiegel a révélé l’existence d’un document signé en 2010 par le joueur et la jeune femme, afin que cette dernière garde le silence au sujet de ce qu'il s'est passé entre eux, contre la modique somme de 375.000 euros.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter