David Ginola : "Je sais que je n'ai pratiquement aucune chance d'être élu président de la Fifa"

Football
INTERVIEW - Pour officialiser sa candidature à la présidence de la Fifa, l'ancien attaquant du PSG a accordé vendredi un entretien exclusif à Infosport+. Durant cette profession de foi, David Ginola a expliqué sa démarche que beaucoup jugent surprenante et donné quelques éléments de son programme. Morceaux choisis.

Sa décision
"C'est une idée qui a germé dans ma tête il y a déjà quelque temps. J'avais envie de m'investir plus dans le football et de partager mes opinions. Ça passait donc par la Fifa. Mais attention, ce ne m'est pas venu comme ça, sur un coup de tête. J'ai passé plusieurs nuits blanches à y penser."

Son programme
"Mon envie, c'est de remettre la valeur humaine au centre du football. Aujourd'hui, c'est bien sûr un énorme business mais il ne faut surtout pas oublier que ce sport est là pour apporter de la joie de vivre aux gens. Le foot est un magnifique vecteur de rassemblement, de vivre ensemble et il faudrait porter tout ça à l'échelle mondiale."

"Platini est quelqu'un que je verrai et que j'écouterai"

Sa légitimité
"Je me suis beaucoup posé la question de savoir si je l'étais. Je sais que je n'ai pas le palmarès de certains mais j'ai toujours été intègre durant ma carrière et après [...] Une élection, c'est évidemment un programme mais l'homme qui le défend. Un regard, un visage, une attitude peuvent donner envie aux gens d'avoir confiance en toi. Et moi, en tant que personne, je me sens crédible."

La Fifa aujourd'hui
"Je me présente à la présidence sans aucun sentiment de revanche et en toute humilité. Je sais d'ailleurs que je n'ai pratiquement aucune chance de gagner. Mais si ma candidature peut permettre de bouger les choses, que certaines valeurs que je défends soient reprises, ce serait déjà bien. Je veux simplement voir la Fifa gérer le foot de la plus belle des manières : elle doit rassembler, travailler en toute transparence, être intègre et donner le sourire aux gens."

Michel Platini
"C'est quelqu'un que je connais évidemment très bien. Lorsqu'il était sélectionneur de l'équipe de France, c'est lui qui m'a offert ma première sélection. J'ai un énorme respect pour lui, pour le joueur qu'il a été mais aussi pour tout ce qu'il fait depuis l'arrêt de sa carrière. Il a vraiment réussi sa reconversion à la présidence de l'UEFA. C'est un exemple et c'est quelqu'un que je verrai, que j'écouterai."

EN SAVOIR +
>> Ginola est-il un candidat crédible ?
>> Platini ne se présente pas à la Fifa

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter