Décès d'Emiliano Sala : un rapport dévoile de nouvelles photos de l'épave

Football
RAPPORT - Ce lundi, l'AAIB a publié un nouveau rapport provisoire concernant les circonstances de la disparition de l'avion d'Emiliano Sala. Un "bulletin spécial" qui indique que l'avion a été retrouvé en trois morceaux, très endommagé, et qui revient sur le trajet de l'appareil quelques minutes avant le crash.

Plus d'un mois après la disparition en mer de l'avion transportant le footballeur argentin Emiliano Sala, le 21 janvier dernier, un nouveau rapport provisoire de l'AAIB (Air Accidents Investigation Branch), a été publié ce lundi 25 février. "L'AAIB a publié un bulletin spécial sur la perte de l'avion P26 Malibu N264DB. Le Bulletin spécial contient des informations factuelles validées recueillies au début de notre enquête. Il explique également les autorisations d'aéronef et les exigences en matière de licence de pilote applicables aux aéronefs immatriculés aux États-Unis effectuant un vol transfrontalier en Europe avec un passager à bord", précise le gouvernement britannique en prélude du rapport.

L'avion a tourné à gauche puis à droite avant le crash

"Nous avons rassemblé des éléments de preuve provenant de radars, de bulletins météorologiques, de vidéos de l'avion au fond de la mer et d'interviews de témoins. Certains aspects opérationnels restent à déterminer, tels que la validité de la licence et des qualifications du pilote" détaille l'AAIB, qui ajoute que la position où l'épave a été retrouvée se situe approximativement à 30 mètres" du dernier contact radar de l'appareil.


Ainsi, toujours selon le rapport provisoire, l'appareil serait très endommagé et le corps principal de l'avion aurait été trouvé en trois morceaux. Le moteur se serait également détaché "du poste de pilotage" quand la section avant et l'arrière du fuselage auraient été détaché l'un de l'autre. Le rapport revient également sur les derniers instants des deux hommes dans l'avion, avec notamment deux virages à gauche, puis un "à droite à 180°". "Durant ce virage, des données provenant de deux radars indépendants (Guernesey et Jersey) montrent que l'avion est descendu à un altitude de 1600 pieds à une vitesse moyenne de 7000 pieds par minute (128 km/h)" explique le rapport, qui fait état d'une remontée "rapide" de l'appareil à environ 2300 pieds.

L'appareil était en état de voler

Question problématique depuis le début de l'enquête, la licence du pilote, David Ibbotson. Celui-ci avait obtenu une licence de pilote privé le 20 mars 2014 alors qu'une qualification spécifique est requise en Europe pour un appareil monopilote monomoteur à "hautes performances" comme le Piper Malibu PA-46. En théorie, cette licence ne permettait pas au pilote de pratiquer des vols commerciaux.


Concernant l'état de l'appareil avant le vol, celui-ci semblait tout à fait en état de voler, son certificat de navigabilité datant du 27 avril 1984 et étant valable après une maintenance concluante réalisée le 30 novembre 2018. L’AAIB précise toutefois que son enquête est loin d'être terminée : "Notre priorité maintenant est de passer en revue les éléments de preuve, qui sont pour la plupart volumineux et complexes, afin de pouvoir reconstituer ce qui s’est passé entre la perte de l’appareil radar et son immobilisation au fond de la mer. Cela nous aidera à comprendre les causes potentielles de l’accident."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La disparition du footballeur Emiliano Sala

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter