Défaites en série, recrutement au rabais... La fin du conte de fées russe à l'AS Monaco ?

Football
DirectLCI
CRISE - Mercredi soir, l'AS Monaco n'a une nouvelle fois pas su sortir la tête de l'eau sur la pelouse du Borussia Dortmund en Ligue des champions, s'inclinant sur le score de 3-0. Avec ce revers, le 3e consécutif, les hommes de Leonardo Jardim restent sur neuf matchs sans victoire toutes compétitions confondues. Une série inédite alors que l'ASM figure à une inquiétante 18e place en Ligue 1.

La belle histoire de l’AS Monaco sous pavillon russe serait-elle en train de tourner au cauchemar ? Depuis le début de la saison, le dauphin du Paris Saint-Germain l'an passé est méconnaissable, aussi bien dans le jeu que dans les résultats glanés à la fois en championnat de France et en Ligue des champions.

Une série de matchs sans victoire inédite sous Rybolovlev

Engluée à une inquiétante 18e place en Ligue 1, la bande de Leonardo Jardim cumule d’ores et déjà quatre défaites, trois matchs nuls, pour seulement une victoire, remportée sur la pelouse du FC Nantes le 11 août dernier. Pour ne rien arranger, l’ASM a subi deux revers lors de ses deux premiers matchs de Ligue des champions, d’abord sur ses terres face à l’Atlético de Madrid (2-1), puis sur le terrain du Borussia Dortmund mercredi (3-0). 


Toutes compétitions confondues, les Monégasques restent sur neuf matchs sans victoire, dont trois revers consécutifs enregistrés face à Angers (0-1), Saint-Etienne (2-0) et donc Dortmund. La dernière fois que les Asémistes ont enchaîné une telle série, ils étaient descendus en Ligue 2, à l’issue de la saison 2010-2011.

Une politique de recrutement qui s’essouffle

A l’origine de cette crise, une stratégie de recrutement qui commence sérieusement à s’essouffler. Alors que Rybolovlev n’avait pas lésiné sur les moyens lors du retour de la formation monégasque dans l’élite à l’été 2013, avec notamment les arrivées de James Rodriguez, Falcao et Joao Moutinho, il a sérieusement ralenti la cadence ces dernières saisons, privilégiant la vente de ses meilleurs éléments pour laisser place à des jeunes joueurs à fort potentiel. 


Pendant plusieurs années, cette méthode a été un succès, avec notamment l’éclosion de joueurs tels qu’Anthony Martial, Thomas Lemar, Benjamin Mendy ou encore Kylian Mbappé, tous revendus à prix d’or. Cette saison, la machine semble s’être enrayée, les jeunes recrues Samuel Grandsir, Jean-Eudes Aholou ne parvenant pas à combler le vide laissé par le départ de Lemar et Fabinho, joueurs essentiels du dispositif de Leonardo Jardim. Les deux renforts majeurs de cet été, le Russe Aleksandr Golovin et le Belge Nacer Chadli, n’ont quant à eux pas encore réellement trouvé leurs marques dans l’effectif du Portugais.

Le podium d’ores et déjà inaccessible ?

Depuis l’arrivée du propriétaire russe Dmitri Rybolovlev en décembre 2011, une telle situation sportive est inédite pour le pensionnaire de Louis-II. En effet, sans compter les deux saisons effectuées en Ligue 2 en 2011-2012 et 2012-2013, Monaco n’a jamais connu, après huit journées de championnat, pareil classement (18e). Ces cinq dernières saisons, Monaco n’est jamais descendu plus bas que la 12e place à ce stade de la compétition (en 2014-2015), ni plus tard dans la saison. 


L’an dernier, le pire classement monégasque, 6e, n’avait tenu qu’une journée, la 1ère de l’exercice. Si la saison est loin d’être terminée avec encore huit mois de compétition et 30 journées à disputer, l’objectif du podium en fin de saison, accompli sans discontinuer depuis cinq saisons, paraît d’ores et déjà difficile à réaliser.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter