Depuis quand et pourquoi la Turquie participe-t-elle à l’Euro de football ?

Football

QUESTION - Alors que le match France-Turquie au stade de France ce lundi (20h45) promet d'être relevé au regard de l'enjeu sportif, les autorités craignent que le conflit kurdo-turc tende encore un peu plus l'ambiance. Des responsables politiques s'interrogent d'ailleurs sur la présence de la Turquie dans les Championnats d'Europe. Pourtant, les "Rouges" font partie de l'Europe du football depuis plus d'un demi-siècle. Explications.

La tenue de ce match a, un temps, été remise en question. Ce lundi, la rencontre de football entre la France et la Turquie, dont le vainqueur sera officiellement qualifié pour l’Euro 2020, vient télescoper l'actualité internationale. Deux jours plus tôt, la France a dénoncé une "offensive unilatérale" et suspendu ses ventes d'armes vers la Turquie, appelant ensuite Ankara à cesser l'offensive lancée sur la Syrie. 

Une position qui n'a pas ébranlé la volonté du président Recep Tayyip Erdogan, ni le soutien des joueurs de l'équipe turque de foot qui, après la victoire contre l'Albanie vendredi, ont réalisé un salut militaire pour rendre hommage aux soldats turcs engagés dans ce qu'Ankara a baptisé "l'opération Source de paix".

A la suite de ce geste, plusieurs responsables politiques ont d'ailleurs réclamé l'annulation de ce match comptant pour les éliminatoires à l'Euro, le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, sur LCI, considérant la présence de la Turquie à une Coupe d'Europe comme une "aberration". Une situation qui remonte pourtant à plus d'un demi-siècle. 

Géographiquement parlant, la Turquie n’a toutefois que très peu d'attaches avec l’Europe, à hauteur de 3%. Seule la région de la Thrace orientale, située au sud-est du pays, se trouve en Europe. Les 97% restants, comportant notamment l’Anatolie et la capitale Ankara, se situe quant à elle en Asie. Pour autant, la partie européenne du territoire abrite 12% de la population turque, à savoir 10 millions de personnes. A l’instar de l’Ukraine, la Russie et Israël, pourtant non membres de l’Union européenne, la Turquie fait bel et bien partie des qualifications du championnat d’Europe des nations.

Au sein de l'UEFA depuis 1962

Au total, elle a participé à quatre phases finales de l’Euro, en 1996 en Angleterre, en 2000 aux Pays-Bas et en Belgique, en 2008 en Autriche et en Suisse, atteignant le dernier carré de la compétition, et en 2016, en France. A l’origine membre de la Confédération asiatique de football, la Turquie est devenue membre de l’UEFA dès 1962, après un bras de fer avec la FIFA qui préférait que les Turcs restent du côté de la fédération asiatique.

A défaut d’un rapprochement réel vers l’Europe d’un point de vue géopolitique, les raisons de la Turquie de faire partie de la fédération européenne de football sont avant tout sportives et commerciales. En évoluant sur le Vieux continent d’un point de vue footballistique, la Turquie donne l’opportunité à ses joueurs de disputer les plus grandes compétitions, à savoir l’Euro mais aussi la Ligue des champions et la Ligue Europa.

Lire aussi

De quoi permettre à ces derniers de se frotter aux meilleurs joueurs de la planète, essentiellement basés en Europe. De plus, ces joueurs turcs s’exportant plus facilement dans les grands clubs européens bénéficient d’une exposition plus grande, et par conséquent sont plus "bankables" sur le marché de la vente des maillots. 

Ainsi, dans l'histoire du football turc, de nombreux joueurs se sont illustrés en Europe, comme l'attaquant Hakan Şükür, le milieu de terrain Emre Belozoğlu,  passés par l'Inter Milan, ou encore plus récemment Arda Turan, qui a fait les beaux jours de l'Atlético de Madrid avant d'évoluer au FC Barcelone.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter