Disparition d'Emiliano Sala : pourquoi les recherches sont-elles arrêtées alors qu'un seul corps a été repêché ?

Football

Toute L'info sur

La disparition du footballeur Emiliano Sala

ENQUÊTE - Quatre jours après la découverte au fond de la Manche de l'avion qui transportait Emiliano Sala et son pilote, un corps repéré à l'intérieur de l'épave lors des recherches a pu être remonté et va être identifié. L'étape consistant à récupérer la carcasse de l'appareil gisant par plus de 67 mètres de profondeur a, elle, échouée. En raison des conditions météorologiques, les recherches sont désormais terminées.

Il va falloir s'armer de patience pour savoir ce qu'il s'est passé à bord du Piper PA-46 Malibu. Quatre jours après avoir localisé l'épave de l'avion transportant Emiliano Sala et son pilote David Ibbotson, avec l'aide de David Mearns, mandaté par la famille du footballeur pour relancer les recherches, et la découverte du corps d'un "occupant" incarcéré à l'intérieur de l'appareil, qui a disparu mystérieusement des radars lundi 21 janvier à 20h23 à 20 kilomètres au nord de l'île anglo-normande de Guernesey, le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens au Royaume-Uni a annoncé mercredi 6 février que la dépouille avait été repêchée. 

Toutefois, en raison "de mauvaises conditions météorologiques", l'AAIB a renoncé à remonter la carcasse de l'avion. Les enquêteurs craignent que le monomoteur ne se disloque au moment de la phase de remontée. Les raisons de l'accident, qui a selon toute vraisemblance coûté la vie au joueur et à son pilote demeurent inconnues. Mais avec les images vidéo tirées du ROV, un robot sous-marin contrôlé à distance, de précieux indices ont été collectés par les experts.

Lire aussi

Comment le corps a-t-il été repêché ?

Est-ce le corps d'Emiliano Sala ou du pilote ? "Dans des conditions difficiles", le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens "et ses entrepreneurs spécialisés ont réussi à récupérer le corps vu précédemment au milieu de l'épave. L'opération s'est déroulée dans la plus grande dignité possible et les familles ont été tenues informées des progrès réalisés", a indiqué l'AAIB dans son communiqué mercredi soir. Il s'agissait d'une nouvelle tentative des enquêteurs pour repêcher la dépouille. GEOxyz, la société belge en intervention sur l'épave, a confirmé que le corps "est arrivé jeudi 7 février à 8h" à Portland, une presqu'île britannique, où il doit être autopsié et identifié avant d'être remis, sans que l'on sache quand, à la famille du défunt.

En début de semaine, David Mearns, le chasseur d'épaves qui avait localisé dimanche 3 février la carcasse de l'appareil disparu au-dessus de la Manche, avait mis la pression sur l'AAIB en affirmant qu'il était "impératif" de récupérer le corps. "Le temps presse lorsqu'il s'agit d'un corps, il est donc impératif qu'ils procèdent à la récupération de l'avion et du corps", avait-il assuré. 

Pourquoi l'épave n'a-t-elle pas été remontée à la surface ?

Reposant à 67,7 mètres de fond, le Piper PA-46 Malibu, devant relier Nantes à Cardiff, où le joueur venait de signer, n'a pas pu être relevée malgré dix plongées effectuées sur le site. "Malheureusement, les tentatives de récupération de l'épave ont échoué avant que les mauvaises conditions météorologiques ne nous obligent à faire remonter le ROV au navire", ont expliqué les enquêteurs. Les fortes marées dans la zone limitent les capacités d'intervention. Les prévisions météorologiques étant en outre "mauvaises à court terme", "la décision difficile a été prise de mettre un terme à l'opération", a ajouté le bureau d'enquête britannique.

Pour les familles, l'abandon des recherches signifie donc qu'un seul corps, celui d'Emiliano Sala ou de David Ibbotson, va être restitué après avoir été autopsié et identifié par les autorités compétentes. Une seule famille pourra donc faire son deuil, l'autre sera privée d'obsèques.

L'exploitation des vidéos sous-marines peut-elle suffire à résoudre l'enquête ?

"Bien qu'il n'ait pas été possible de récupérer l'avion, l'enregistrement vidéo volumineux capturé par le robot devrait fournir des preuves précieuses pour notre enquête de sécurité", a fait savoir le bureau d'enquête britannique, qui publiera "un rapport intermédiaire un mois après l'accident", soit le jeudi 21 février. L'étude de l'épave de l'avion, filmée par le véhicule sous-marin téléguidé depuis sa découverte dimanche 3 février, pourrait donc permettre aux enquêteurs de déterminer précisément les causes de l'accident. "Au fond de l'eau, tout un tas de photos vont être prises par les experts pour regarder la continuité et de quelle manière l'épave est solidaire", expliquait à LCI Philippe Plantin de Hugues, enquêteur senior du BEA. "En fonction des dommages, sur certaines parties, ils pourront définir l'angle d'impact et essayer d'évaluer la force de celui-ci." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter