DNCG : ces clubs menacés par le gendarme financier du foot français

Football
FOOTBALL - Après le bilan sportif, le bilan financier. Depuis plusieurs semaines de nombreux clubs travaillent au bouclage de leur exercice en cours et au prévisionnel du suivant, avant de passer devant la DNCG mercredi et jeudi. Metronews fait le point sur plusieurs clubs qui s'agitent pour éviter les sanctions.

Valenciennes ne sait toujours pas s'il jouera en L2
Le nom du VAFC a bien été inscrit sur le calendrier de la prochaine saison de Ligue 2. Il rencontrera même le Gazélec d'Ajaccio pour la première journée à moins que la DNCG en décide autrement. Depuis le mois d'avril, Jean-Raymond Legrand a prévenu qu'il ne remettrait plus la main à la poche . Une réunion devrait avoir lieu entre le président, de nouveaux investisseurs et la municipalité afin de trouver les 7,5 millions d'euros nécessaires pour boucher le déficit actuel.

Lens, il manque 15 millions d'euros
Le RCL a des problèmes financiers. Il y a de quoi s'étonner surtout quand le club a été racheté par le milliardaire azerbaïdjanais Hafiz Mamadov. Le même qui pourrait s'offrir le club anglais de Sheffield Wednesday. Pour boucler le budget de la saison, le club artésien doit trouver 15 millions d'euros. Mais malgré l'absence du principal actionnaire, qui agace en interne, le président Gervais Martel ne se montre pas inquiet avant de passer devant le gendarme financier.

Lille : Seydoux devrait mettre la main à la poche
Le LOSC a prévu de vendre. Mais puisque aucun joueur n'est parti contre indemnité, le président du club, qui ne voulait plus mettre un dernier personnel, devrait apporter des garanties personnelles à hauteur de 10 millions d'euros selon L'Equipe . Les négociations quant à d'éventuels départs ou arrivées, commenceront après le passage devant la DNCG.


Orléans et Luzenac, montée retardée
Les deux premiers du National cette saison ne sont pas encore assurés de jouer en L2 pour le prochaine exercice. Si la DNCG juge qu'Orléans n'a pas les reins assez solides, Luzenac doit cette décision à son stade Jean-Noël-Fondère de Foix qui n'est pas aux normes requises. Pourtant les dirigeants du club ont obtenu l'accord du Stade Toulousain pour jouer à Ernest-Wallon. Une décision que l'organisme de contrôle et de gestion a reçu après avoir rendu cette décision.


Strasbourg compte sur les clubs en difficultés
Le RCSA ne veut pas dire adieu au National. Le club alsacien, qui avait pourtant l'effectif pour se maintenir, devra se battre en CFA la saison prochaine. Les dirigeants espèrent toujours ne pas y jouer et comptent sur la liquidation ou la rétrogradation d'un club appartenant aux divisions supérieurs. A ce titre, ils ont déjà prévu deux budgets différents : un pour le National (5,2 millions d'€), l'autre pour la CFA (3,6 millions d'€).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter