Du sursis pour le Montpelliérain Mbaye Niang

Du sursis pour le Montpelliérain Mbaye Niang

Football
DirectLCI
JUSTICE – L'attaquant héraultais s'en sort plutôt bien. Reconnu coupable de délit de fuite, blessures involontaires et conduite sans permis après avoir provoqué un accident de la circulation au volant d'une Ferrari, le joueur échappe à une sanction très lourde. Alors qu'il encourait jusqu'à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende, il écope notamment de 18 mois de prison avec sursis.

La petite balade en Ferrari aurait pu tourner au drame. L'attaquant de Montpellier, Mbaye Niang, a écopé lundi de dix-huit mois de prison avec sursis et 700 euros d'amende à cause d'un accident survenu début février. La cour a également annulé le permis de l'international espoir avec interdiction de le repasser pendant trois ans et attribué près de 12 700 euros de dommages et intérêts.

Onze personnes choquées

Au début du mois, au volant d'une Ferrari qui lui avait été prêtée, le jeune joueur âgé de 19 ans a transformé la petite virée amicale en véritable gymkhana. Si le raid s'est terminé contre un cyprès et sans avoir – miraculeusement – fait de blessés, il a été condamné pour délit de fuite, blessures involontaires et conduite sans permis. Celui-ci lui ayant été retiré en mai 2013. Rappel des faits.

  •  Le 2 février, vers 14h45, l'international espoir sort d'un restaurant de Montpellier accompagné de son partenaire, le défenseur Nicolas Saint-Ruf, tout juste recruté au RC Lens, et file à très grande vitesse vers le centre d'entraînement au volant d'une Ferrari rouge. Peut-être voulait-il fêter son 3e – et dernier but – inscrit la veille à Reims ? Quoi qu’il en soit, dès le départ, il accroche quatre véhicules, effectue un tête à queue, puis repart. Au total, onze personnes se sont portées partie civile.
     
  • Sur le chemin qui mène au centre d'entraînement de Grammont, le joueur prêté par l'AC Milan slalome entre des voitures, en heurte certaines, brûle un feu et termine sa course-folle dans un arbre, raconte l'AFP. A ce moment, l'attaquant prend ses jambes à son cou. Il ne reconnaîtra les faits que quatre jours plus tard en garde à vue. La vidéo du bolide qui circule sur Internet en dit long sur la violence du choc.
     
  • Un témoin cité par le président dit avoir vu "une C3 embrochée par une Ferrari qui ne s'arrêtait pas et continuait sa route", comme le raconte Midi Libre qui a livé la comparution.
     
  • Pour sa défense, le footballeur a évoqué "un moment de folie". "De stupidité", a complété son avocat. "Parfois on relâche ce trop-plein d'énergie surtout quand on a 19 ans", a tenté de justifier Me Luc Abratkiewicz, selon le quotidien.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter