EDITO - Dimitri Payet, le meilleur joueur de Ligue 1

Football
FOOTBALL - A deux journées de la mi-saison dans le championnat de France, certaines vérités sautent aux yeux. Le PSG est loin de son meilleur niveau, l'OM joue bien, la Ligue 1 est toujours aussi peu folichonne et Dimitri Payet est un pur régal pour les yeux. Le Réunionnais est extraordinaire actuellement, plus que tout autre footballeur de l'Hexagone.

Je vous le concède, désigner "le meilleur" dans une discipline collective et si complexe que le football n'est pas forcément ce qu'il y a de plus intéressant. Pour beaucoup, d'ailleurs, "le meilleur" n'existe pas. Les discours de Johnny Depp et autre Philippe Noiret lorsqu'ils reçurent un Cesar pour leurs performances d'acteurs vont dans ce sens. Croire que le sur-homme existe est à la fois dangereux et futile.

LIRE AUSSI >> Marseille - Metz (3-1) : l'OM dans un fauteuil (de leader)

Pour autant, certains acteurs de notre société, du grand écran, du monde du sport ou de la vie de tous les jours, connaissent des périodes de grande réussite. C'est le cas du Marseillais Dimitri Payet actuellement. Depuis le début de la saison, l'ex-Nantais enchante le collectif de Marcelo Bielsa. Il n'est pas seul, loin s'en faut, mais le créateur tricolore est peut-être celui qui a la plus grande influence sur le jeu des Phocéens.

Merci Mathieu Valbuena

Joueur de couloir les saisons précédentes, à Marseille, Lille, Saint-Etienne ou Nantes, son club formateur, Payet occupe un rôle de numéro 10 cette saison. Le départ de Mathieu Valbuena en est évidemment la cause et le destin du Réunionnais aurait sûrement été tout autre si "Petit Vélo" n'était pas parti illuminer le Dynamo Moscou de son sens du jeu. Marcelo Bielsa, en début de saison, avait d'ailleurs affirmé que ce départ s'était fait sans son consentement, Valbuena étant selon lui le meilleur Français lors de la dernière Coupe du monde.

EN SAVOIR + >> VIDÉOS - Retrouvez les buts d'OM-Metz

On ne saura jamais si Payet aurait pris une telle importance dans le jeu marseillais si son ancien partenaire était resté sur le Vieux-Port. Et c'est tant mieux. Car ce que nous sommes autorisés à savoir, depuis plusieurs mois, c'est que ce le joueur de 27 ans est lui aussi un meneur de jeu hors-pair. C'est une grande nouveauté dont il ne faut pas négliger l'impact au cours d'une carrière. "Il montre enfin la plénitude de son talent à un poste pour lequel il est fait", affirme Jocelyn Gourvennec, qui l'a vu éclore au centre de formation de Nantes, à l'occasion d'une interview accordée au site lephocéen.fr. "C'est d'autant plus remarquable qu'il fallait assurer la relève de Valbuena qui, dans ce registre-là, est pour moi exceptionnel", enchaîne l'entraîneur de l'En Avant Guingamp.

"Payet possède une vision périphérique"

Mais comment Dimitri Payet a-t-il pu franchir un tel palier ? Celui à qui l'on collait avec un plaisir non dissimulé l'étiquette d'intermittent du spectacle (expression d'ailleurs peu flatteuse pour nos amis comédiens, ingénieurs du sons, costumiers, etc...) est d'une exceptionnelle régularité depuis l'entame des débats en Ligue 1. Certes, nous sommes à peine à la moitié du championnat (17 journées sur 19), mais c'est une durée suffisamment longue pour établir un premier bilan : Payet est enfin constant.

LIRE AUSSI >> Quand Payet fait son come-back en Bleu

Cette information n'est pas anodine lorsque l'on sait que le natif de Saint-Pierre a souvent connu des difficultés pour enchaîner les bonnes performances. Mais elle ne suffit évidemment pas à expliquer la nouvelle dimension prise par le joueur. Habile techniquement, adroit des deux pieds et doté d'une excellente frappe de balle, Payet offre du bonheur aux amoureux de football principalement par son jeu de passes cette saison, d'une rare clairvoyance.

"Pour jouer n°10, ce qui est fondamental, c'est de voir avant, rappelle Gourvennec, ancien meneur de jeu de Rennes passé aussi par Marseille. Et quand tu vois avant, tu sais avant. Lui (Payet), quand il reçoit le ballon, il sait déjà ce qu'il va faire. De plus, il a une super qualité de passe." Même son de cloche du côté de son entraîneur. "Il a une vision périphérique de ce qu’il se passe autour de lui pour l’attaque et il a un talent inné pour trouver l’endroit où mettre le ballon là où l’adversaire sera en difficulté", affirme un Marcelo Bielsa élogieux sur le site du club. Régulier et inspiré, Dimitri Payet est surtout tourné vers les autres. La rapidité avec laquelle il se sépare du ballon prouve un changement notable dans sa façon d'aborder un match. C'est justement ce temps gagné qui fait l'apanage des grands joueurs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter