Empêtré dans l'affaire Neymar, le président du Barça démissionne

Empêtré dans l'affaire Neymar, le président du Barça démissionne

DirectLCI
LIGA - Le président du FC Barcelone Sandro Rosell, visé par une plainte au sujet du transfert de Neymar, a annoncé ce jeudi sa démission "irrévocable" et a ajouté que le premier vice-président Josep Maria Bartomeu lui succéderait jusqu'en 2016, terme du mandat de l'actuelle direction.

C'est l'histoire d'un vase déjà bien rempli qu'un raz-de-marrée est venu emporter, non content de le faire déborder. C'est l'histoire de la démission inéluctable de Sandro Rosell, le président du FC Barcelone, annoncée ce jeudi soir en conférence de presse, dans la foulée d'une réunion en urgence de l’exécutif blaugrana, convoquée à 18h. En cause, ce que l'on appelle l'affaire Neymar , où l'on a appris qu'au lieu des 57 millions d'euros officiels, le transfert de la pépite brésilienne en provenance de Santos aurait en fait coûté au club catalan la bagatelle de 95 millions. Ce qui pousse la justice espagnole à soupçonner le dirigeant d'avoir dissimulé d'importantes sommes d'argent.

Quelle trace laissera-t-il, outre ce scandale ? D'abord le départ confus de Pep Guardiola après un conflit larvé long de plusieurs mois. Mais il restera surtout comme le premier président à avoir orné le maillot légendaire du Barça d'un sponsor, en l'occurrence Qatar Foundation. Autant de sujets de tension avec les socios qui expliquent aussi son départ. La presse ibérique décrit en effet un homme lassé que son travail de réduction de l'importante dette du club ne soit pas apprécié à sa juste valeur, pas plus que ses efforts pour maintenir à niveau les différentes sections de l'institution catalane...

Ajoutez à cela les menaces de mort reçues par ses proches ces dernières semaines et le fait que l'affaire Neymar trouve son origine dans la plainte d'un supporter du club, et vous obtiendrez la source de sa résignation. En attendant l'élection présidentielle de 2016, charge à Josep Bartom de reprendre le flambeau. Sa principale mission consistera à redorer l'image du club et plus particulièrement celle de sa direction. Autant dire que cela s'annonce compliqué pour le désormais ex-vice-président en charge des affaires sportives, qui reste considéré comme l'homme de confiance et l'éminence grise de Rosell. Ce qui ne devrait pas le rendre plus populaire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter