Enzo Zidane, un secret bien gardé

Enzo Zidane, un secret bien gardé

Football
DirectLCI
EQUIPE DE FRANCE - Appelé pour la première fois pour un rassemblement des U19 début mars, le fils aîné de Zinedine Zidane suscite toutes les curiosités. D'autant plus que l'on ne connaît pas vraiment le niveau de jeu réel d'Enzo, meneur de jeu âgé de 18 ans du Real Madrid.

C'est un mystère. Quand on demande aux observateurs quel est le potentiel d'Enzo Zidane (18 ans), le fils aîné de Zinedine, on se rend rapidement compte qu'il est difficile d'obtenir un avis formel. Même Francis Smerecki, qui vient pourtant de le convoquer pour un rassemblement des U19 de l'équipe de France , avoue ne "pas avoir vu jouer personnellement", le joueur de la Castilla, l'équipe jeune du Real Madrid.

En fait, hormis quelques clichés "génétiques", héritage supposé de son champion du monde de père, un flou certain est entretenu autour du niveau de jeu réel d'Enzo Zidane. Pourtant, au même âge, Lionel Messi, Neymar, Heden Hazard ou Cristiano Ronaldo étaient déjà estampillés "grand espoirs du football mondial".

Il n'est pas toujours titulaire avec le Real

Zizou junior, qui n'est d'ailleurs pas toujours titulaire avec les Merengues, ne joue visiblement pas dans cette catégorie-là, même si la presse espagnole évoque "une grande classe balle au pied" et "un physique enfin étoffé, ce qui avait jusque-là freiné sa progression".

Pour les pessimistes, l'opacité existante autour du talent d'Enzo entretient un peu plus le mythe l'héritier voir reprendre le flambeau d'un grand joueur (Jordi Cruyff , Thibault Giresse...). Les autres y verront la volonté de protéger le fils d'une icône du football. Sur son maillot, Enzo n'arbore d'ailleurs pas le nom de "Zidane" mais celui de "'Fernandez", le nom de jeune fille de sa mère, Véronique.

"Mon père m'a appris quelques trucs"

Au Real, on le couve, et ce, d'autant plus depuis que Zinedine Zidane gravite dans l'organigramme du club. Peu de reportages et peu d'interviews accordés, l'entourage du jeune homme fait tout pour lui épargner une pression médiatique à laquelle il ne va de toute façon pas pouvoir échapper. Déjà, à l'annonce de sa convocation en Bleu lundi, AS titrait sur son titre Internet "Enzo Zidane, la perle blanche (la couleur du Real, ndlr), va jouer pour la France".

Face à cet emballement naissant, le jeune homme n'aura que le terrain pour répondre aux immenses attentes qu'il suscite déjà. A 12 ans, il confiait au journal Marca que son père lui avait appris "quelques trucs" lorsqu'ils s'amusaient au foot ensemble. Tout le monde est impatient de les découvrir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter