Equipe de France : Antoine Griezmann préfère rigoler de ses lourdes responsabilités

Equipe de France : Antoine Griezmann préfère rigoler de ses lourdes responsabilités
Football

FOOTBALL - Superstar de la Liga et de l’Atlético de Madrid cette saison, Antoine Griezmann n’est plus le jeune homme débarqué sur la pointe des pieds en équipe de France il y a presque deux ans jour pour jour, juste avant la Coupe du monde 2014. A un peu moins de trois mois de l’Euro 2016, et en l’absence de Karim Benzema et de Mathieu Valbuena, comment vit-il ce nouveau statut ?

Lundi, Antoine Griezmann a fêté ses 25 ans en compagnie de ses partenaires de l’équipe de France, entre les murs du château de Clairefontaine. "C’était une fête normale. Il y avait un petit gâteau mais je n’ai pas pu le manger parce qu’il n’avait pas l’air trop bon", a-t-il raconté, en se marrant, ce mardi en conférence de presse. Son détachement dit plus de choses que l’anecdote en soi : on parle là d’un jeune homme qui, il y a encore quelques mois, baissait les yeux et bafouillait quand il devait se plier à l’exercice médiatique. Aujourd’hui, l’attaquant de l’Atlético de Madrid est un autre joueur. Cela se voit d’ailleurs sur le terrain. Mais seulement en club.

"Cette saison, au début c’était dur, a-t-il toutefois rappelé lorsqu’on lui a demandé d’expliquer sa métamorphose. Mais le coach m’a parlé et m’a dit ce qu’il attendait de moi. Ensuite, à force de marquer des buts, je suis naturellement devenu un leader." Son entraîneur, Diego Simeone, a ainsi formulé l’importance prise par le Français à l’échelle de son équipe : "Antoine est aussi essentiel pour nous que la MSN (Messi, Suarez et Neymar) pour le Barça."

A LIRE AUSSI >> Equipe de France : l'incroyable conte de fées de N'Golo Kanté

Ce constat implique-t-il aujourd’hui de nouvelles responsabilités lorsqu’il se trouve parmi les Bleus ? "En équipe de France, c’est très différent, a-t-il répondu à metronews. On n’est pas là tous les jours, comme en club. On n’a souvent qu’une semaine pour préparer un match, c’est assez compliqué… Ici aussi, j’ai la confiance du coach. Disons qu’en sélection, j’essaie simplement d’être le plus proche possible du niveau que j’ai en club."

A dire vrai, Antoine Griezmann aspire à devenir aussi un leader sous le maillot bleu. Mais cela revient déjà à admettre qu’il n’en est pas encore là. "Je n’ai pas encore fait de match top top ici, a-t-il reconnu. Mais j’ai confiance en moi. Je sais que ça va arriver." Il faudra que cela arrive vite, car les deux matchs amicaux qui se profilent, vendredi aux Pays-Bas puis mardi contre la Russie, sont les derniers avant le début de l’Euro 2016 (10 juin-10 juillet) tant attendu.

A LIRE AUSSI >> Attentats de Bruxelles : "Cela m'a rappelé des choses que j'essaye d'oublier", confie Griezmann

Surtout, en l’absence de Benzema et Valbuena, avec qui il a longtemps partagé le front de l’attaque, l’équipe de France a cruellement besoin d’un nouvel atout offensif majeur. Ce qu’on lui a rappelé ce mardi. "Après Karim et Mathieu, j’espère que je ne serai pas le troisième à sortir de l’équipe", s’est-il encore poilé, en guise de réaction. Une humeur badine qui, en soi, incite à l’optimisme.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 52.000 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record quotidien

Sept personnes arrêtées après un incident à bord d'un pétrolier au large de l'Angleterre

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent