"J’ose penser qu’il sera là lundi" : deux ans après la polémique, Deschamps rappelle Rabiot

"J’ose penser qu’il sera là lundi" : deux ans après la polémique, Deschamps rappelle Rabiot
Football

L'HEURE DU RACHAT ? - Ce jeudi, le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps a surpris son monde en rappelant le milieu de la Juventus Adrien Rabiot, dans son groupe des 23 pour affronter la Suède et la Croatie en Ligue des nations. Une convocation qui pourrait sonner la fin du conflit entre les deux hommes.

C’est un retour remarqué. Plus de deux ans après l’immense polémique qui a suivi son refus de faire partie des réservistes pour le Mondial-2018, le milieu de terrain de la Juventus Adrien Rabiot est de nouveau convoqué en équipe de France par Didier Deschamps. Quelques semaines après son refus, l’ancien Parisien avait vu ces mêmes Bleus être sacrés champions du monde en Russie.

Si le sélectionneur des Bleus semblait avoir fait une croix sur lui depuis de longs mois, la rentrée et les nombreux absents - Pogba et Ndombélé étant testés positifs au Covid-19 - ont favorisé un retour du milieu de 25 ans. Mais la bonne forme du joueur de la Vieille Dame, qui s'est imposé en fin de saison comme un membre important dans la rotation de Maurizio Sarri au milieu de terrain, n’est pas non plus étrangère à ce come-back.

Je ne suis pas quelqu’un qui aime prendre des positions radicales.- Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps, à propos d'Adrien Rabiot.

"Il a retrouvé un très bon niveau avec son club. Il s’est passé ce qu’il s’est passé. Je ne suis pas quelqu’un qui aime prendre des positions radicales. Depuis cette période, il restait sélectionnable. J’ai pris la décision de le faire revenir avec nous" a indiqué Deschamps en conférence de presse, ajoutant qu’il n’avait pas eu de discussion avec Rabiot au préalable : "Je n’ai pas pour habitude d’aviser les joueurs quand je les prends. J’ose penser qu’il sera là lundi. Vous vous doutez bien que j’aurai l’occasion de discuter avec lui."

Face aux journalistes, Didier Deschamps est revenu sur l’incident qui avait précédé le Mondial-2018 : "Il a pris une décision. Je considère que c’était une erreur de sa part, mais il n’y a pas eu d’agressivité de sa part. Ça nous donnera l’occasion de discuter. Adrien, je le connais, je comprends les joueurs qui n’ont pas eu le bonheur de faire partie des 23. (…) Je ne pourrai pas lui enlever cette déception", allusion à ce titre de champion du monde remporté il y a deux ans en Russie. 

Lire aussi

"À partir du moment où Adrien se dit à disposition et sélectionnable, je le remets dans une pré-liste, je peux l’appeler, et c’est ce que j’ai fait" a conclu le sélectionneur français sur le sujet. Reste à savoir si le principal intéressé acceptera la convocation pour aller à la bien nommée Friends Arena de Solna, le 5 septembre, avant de recevoir la Croatie 3 jours plus tard, et tenter, pourquoi pas, de ne pas passer à côté d’un grand événement l’an prochain, à savoir l’Euro-2021.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent