Equipe de France : avec Benzema, on fait quoi ? Réponse mercredi ou jeudi

Football
DirectLCI
EURO 2016 - Suspendu par la FFF depuis la mi-décembre en raison de son implication dans le chantage à la sextape dont a été victime Mathieu Valbuena, le Madrilène devrait être fixé sur son sort d’ici à jeudi. C’est cette semaine que doit tomber la décision de la Fédération française de football sur la sélection, ou pas, de Karim Benzema.

Souvenez-vous le 10 décembre dernier, quand Noël Le Graët, la mort dans l’âme, annonçait qu’il suspendait Karim Benzema, le meilleur buteur des Bleus (27 buts en 81 sélections), en raison de sa mise en examen dans l’affaire de chantage à la sextape dont était victime son coéquipier en équipe de France, Mathieu Valbuena. 

Le Graet apprécie Benzema


Ce jour-là, le président de la Fédération française (qui se doutait que la justice ne passerait pas avant le 12 mai prochain, date à laquelle Didier Deschamps établira la liste de ses 23 joueurs retenus pour l’Euro), promettait une décision avant le 15 avril , et elle est imminente : "La décision sera définitive. On ne va pas laisser traîner." La compétition débutant dans deux mois pile, nous voilà arrivés à l’échéance fatidique. Selon Le Parisien de ce lundi  elle interviendra même mercredi ou jeudi alors que les Bleus affronteront en amical le Cameroun le 30 mai puis l'Ecosse le 4 juin, les deux derniers matchs de préparation. 

Les Français, eux, n'en veulent pas


Que va faire Noël Le Graët qui a, seul, la main sur ce dossier ? Soutenir le joueur, comme il n’a cessé de le faire et le rendre à nouveau sélectionnable, estimant que l’attaquant du Real Madrid (28 ans), blessé pour le déplacement à Eibar samedi mais auteur de 25 buts en 28 matchs, a surtout péché par fidélité à ses amis plus que par appât du gain ? C'est une hypothèse plus que plausible.

Selon le quotidien, le président de la 3F aurait même pris les devants et rencontré Mathieu Valbuena puis Karim Benzema pour évaluer la possibilité d’une cohabitation du 10 juin au 10 juillet prochain au CNF Clairefontaine, là où tout a commencé.

Sans Benzé, ça marque quand même

A moins que l’honorable Maison bleue,  dont il se dit que son patron a peu goûté de voir, une nouvelle fois, le nom de Benzema  associé à une affaire de blanchiment d'argent, en mars , cède aux pressions politique s, à l'opinion publique et, aussi, s’évite une guerre des clans, rendue moins indispensable depuis les deux dernières sorties des Bleus, gagnées haut la main sans Benzema…Ni Valbuena. 


EN SAVOIR+
>> Pourquoi les Bleus seraient mieux que bien sans Benzema

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter