Équipe de France : ce qu’il faut savoir sur Wissam Ben Yedder et Lucas Hernandez, les deux nouveaux de Deschamps

DÉCOUVERTES - Didier Deschamps a dévoilé ce jeudi sa liste de 24 joueurs en vue des matchs amicaux des 23 et 27 mars prochains face à la Colombie et la Russie. Si de nombreux habitués y figurent, deux petits nouveaux se sont aussi faufilés dans cette sélection : Lucas Hernandez (à droite sur la photo) et Wissam Ben Yedder (à gauche). Qui sont ces deux joueurs rôdés au football espagnol ?

Ce sont les deux petits nouveaux de la liste de Didier Deschamps dévoilée ce jeudi dans l'optique des matchs amicaux des Bleus face à la Colombie et la Russie, les 23 et 27 mars prochain. Wissam Ben Yedder et Lucas Hernandez ont en effet été convoqués ce jeudi pour la première fois avec le groupe France. 


L’occasion pour ces deux "petits nouveaux" de faire leurs preuves avant la liste définitive pour le Mondial 2018, qui sera dévoilée par le sélectionneur français le 15 mai prochain. Focus sur ces deux joueurs devenus au fil des années des valeurs sûres du championnat espagnol.

Wissam Ben Yedder, du futsal à la C1

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Wissam Ben Yedder ne possède pas le parcours du footballeur type, à savoir une éclosion précoce et un passage classique dans un centre de formation. Né à Sarcelles le 12 août 1990, le petit Wissam se familiarise avec le ballon rond par le biais du futsal, où il se montre très vite à l’aise techniquement. Il intégrera d’ailleurs l’équipe de France de la discipline, avec qui il jouera six rencontres. En 2009, le footballeur d’1m70 poursuit sa carrière du côté de l’UJA Alfortville, en CFA, où il disputera 23 matchs pour neuf buts, avant d’être repéré par le Toulouse FC.


Après des débuts hésitants sur les bords de la Garonne, Ben Yedder fait parler la poudre au cours de la saison 2012-2013 où il marque un total de 15 buts en 34 rencontres de Ligue 1, avant d’enchaîner trois saisons du même acabit sous le maillot violet, avec 16, 14 et 17 réalisations dans l’élite. A l’été 2016, le joueur d’origine tunisienne s’engage avec le FC Séville, orphelin de Kévin Gameiro, pour neuf millions d’euros et effectue une saison correcte avec 11 buts en 30 rencontres de Liga. Lors de cet exercice 2016-2017, le buteur rapide et technique découvre aussi la Ligue des champions, pour un bilan de deux buts en cinq matchs joués. Mis en concurrence cette saison avec la nouvelle recrue colombienne Luis Muriel, l’attaquant de poche a pour le moment inscrit six buts en 19 rencontres de championnat. Il est en plus grande réussite en Ligue des champions avec un impressionnant total de huit buts en sept matchs, dont un doublé décisif face à Manchester United cette semaine en huitième de finale retour (2-1).


Appelé sur le tard par Deschamps -il a donc aujourd'hui 27 ans-, Ben Yedder a cependant connu une histoire mouvementée avec les Bleus. Il faisait en effet partie des cinq internationaux Espoirs impliqués dans une virée en discothèque, entre deux matches de barrages pour l'Euro-2013, en compagnie notamment d’Antoine Griezmann et Yann M'Vila. Une incartade qui lui vaudra une suspension en sélections nationales jusqu’au 31 décembre 2013. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et l’ancien Pitchoune va avoir l’occasion de montrer toutes ses qualités sous le maillot frappé du coq.

Lucas Hernandez, entre France et Espagne

Plus jeune que son compère de baptême en Bleu, Lucas Hernandez ne possède pas pour autant un parcours moins riche et mouvementé. A seulement 22 ans, le natif de Marseille, qui a grandi en Espagne, possède déjà une belle expérience du haut-niveau, mais en dehors de l'Hexagone. Fils de Jean-François Hernandez, footballeur professionnel passé par Toulouse, Marseille et l'Atletico Madrid, et grand frère de Théo Hernandez, désormais au Real Madrid, le footballeur d'1m83 cumule près de 74 matchs toutes compétitions confondues avec son club formateur, l'Atletico Madrid, dont 45 en Liga et 11 de Ligue des champions. C'est d'ailleurs dans cette compétition que le défenseur polyvalent - il peut jouer aussi bien arrière gauche que défenseur central - s'est montré à son avantage lors de la saison 2015-2016, réalisant une performance solide en quart de finale face au FC Barcelone. Il disputera ensuite la finale de la Coupe aux grandes oreilles, perdue face au Real Madrid (1-1, 6-4 t.a.b.). 


D'un point de vue international, Lucas Hernandez a à son actif neuf sélections en équipe de France Espoirs, trois en équipe de France des moins de 20 ans et treize en catégorie U19. Il participe d'ailleurs au championnat d'Europe des moins de 19 ans en 2015, atteignant les demi-finales avec la France, battue par l'Espagne. Pourtant, jusqu'à l'annonce de sa convocation ce jeudi, la question d'un choix entre l'Espagne et la France se posait bel et bien pour Lucas Hernandez. Ce dernier s'était d'ailleurs décrit comme "un Espagnol comme les autres", la semaine dernière à la télévision espagnole : "L'Espagne m'a tout donné et si je peux avoir la nationalité, je serais ravi. Je me sens plus espagnol. Je parle mieux espagnol que français. Avec ça, j'ai tout dit." Aux dernières nouvelles, le sélectionneur ibérique Julen Lopetegui semblait d'ailleurs très intéressé par son profil.


Au niveau extra-sportif, le jeune professionnel a connu quelques zones de turbulences. En janvier dernier, une peine d'un an d'emprisonnement a été requise contre le défenseur madrilène pour non-respect d'un ordre d'éloignement. En février 2017, le footballeur et sa compagne avaient aussi écopé de 31 jours de travaux d'intérêt général et à six mois d'éloignement mutuel pour "violences domestiques". Une rixe nocturne avait éclaté entre eux deux. En juin de la même année, le couple avait été interpellé à l'aéroport de Madrid.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter