Equipe de France : Bouna Sarr dans les petits papiers de Didier Deschamps

Equipe de France : Bouna Sarr dans les petits papiers de Didier Deschamps
Football

FOOTBALL - Le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, a peu d’arrières droits de niveau international sous la main. C’est pourquoi, il observe très attentivement l’émergence du Marseillais Bouna Sarr à ce poste… qu’il a découvert il y a à peine six mois.

Lors des deux derniers matchs disputés par les Bleus, contre le pays de Galles (2-0) et l’Allemagne (2-2) en novembre, l’arrière droit titulaire se nommait Christophe Jallet, 34 ans et remplaçant à Nice. Sa doublure était Benjamin Pavard, 21 ans et une expérience du niveau international proche du néant. Ce qui suffit à donner une idée du désert dans lequel doit s’aventurer le sélectionneur dès lors que le Monégasque Djibril Sidibé (25 ans) est blessé. Une option s’est toutefois offerte récemment à lui : L’Équipe révèle en effet ce vendredi que Didier Deschamps observe très attentivement les performances du Marseillais Bouna Sarr…. Un attaquant repositionné il y a peu à ce poste défensif.

Oui, je suis un arrière droit. De toute façon, je n’ai pas le choix- Bouna Sarr

Passeur décisif, et particulièrement actif par ailleurs, à Saint-Étienne (2-2) ce vendredi soir, l’ancien Messin n’en finit plus d’impressionner. À Marseille, l’idée de départ de l’entraîneur, Rudi Garcia, était de l’aligner en défense simplement pour dépanner. Mais quelques mois plus tard, le Franco-Guinéen (qui a refusé de jouer pour son pays d’origine) n’est plus un simple plan B. Non seulement le coach a instauré un turn-over pour lui donner du temps de jeu, mais il a même tendance, depuis quelques semaines que son équipe tourne bien, à aligner son arrière droit de fortune dans les grands matchs.

Lire aussi

Tant et si bien que Bouna Sarr a désormais, et contre toute attente, une grosse carte à jouer en vue de la Coupe du monde 2018. Son coéquipier, Jordan Amavi, a récemment été appelé et l’OM fait une suffisamment bonne saison pour qu’on lui accorde du crédit. Didier Deschamps considérera donc forcément la possibilité de l’intégrer au groupe dès les matchs amicaux du mois de mars... Une certitude : le joueur ne devrait plus jouer à un autre poste à l’avenir. Interrogé récemment par Canal+, il a ainsi déclaré : "Oui, je suis un arrière droit. De toute façon, je n’ai pas le choix." Un sens de la discipline qui ne doit pas, non plus, déplaire au sélectionneur.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent