Équipe de France : cette fois, Didier Deschamps a posé ses cartes sur la table en vue du Mondial 2018

Équipe de France : cette fois, Didier Deschamps a posé ses cartes sur la table en vue du Mondial 2018
Football
FOOTBALL – Certes, Didier Deschamps a convoqué deux petits nouveaux, Lucas Hernandez et Wissam Ben Yedder, parmi les 24 joueurs sélectionnés pour les matchs amicaux de la fin mars. Mais il n’en est plus au stade des expérimentations, bien au contraire.

Spécialiste de la langue de bois et du poker menteur face aux médias, Didier Deschamps a tout de même la courtoisie d’offrir aux suiveurs des Bleus quelques solides repères. Ainsi, depuis qu’il occupe le poste, le sélectionneur de l’équipe de France a pris l’habitude de livrer, au mois de mars des années paires, des listes extrêmement proches des listes finales de 23 joueurs appelés à disputer une grande compétition. 

En 2014, un seul des joueurs convoqués en mars, Dimitri Payet, n’était pas allé au Brésil. En 2016, idem : seul Mamadou Sakho , en raison d’un contrôle antidopage positif, n’avait pas pris part à l’Euro en France. C’est à travers ce prisme qu’il faut décrypter la liste donnée ce jeudi en vue de France-Colombie (le 23 mars) et de Russie-France (le 27), dernières rencontres avant le début officiel de la préparation au Mondial en mai. Focus, ligne par ligne, sur les différents enseignements à en tirer.

Gardien et défense : Kurzawa n’en sera pas

Chez les gardiens, sauf blessure, rien ne bougera plus. La hiérarchie, dans l’ordre, reste la suivante : Lloris, Mandanda, Areola. En défense centrale, si l’on ne sait pas encore qui composera la charnière titulaire, on sait qui partira en Russie : Koscielny, Varane, Umtiti et Kimpembe. 

C’est sur les côtés que les inconnues demeurent. À droite, Sidibé, indiscutable titulaire, en sera à coup sûr. Sa doublure, en revanche, n’a pas été choisie. Pour l’heure, c’est au jeune Pavard, convoqué pour la première fois en novembre dernier, que ce rôle revient. Mais... "Je n’oublie pas que Mathieu Debuchy est redevenu compétitif avec Saint-Étienne, a souligné Deschamps ce jeudi. C’est juste que j’ai préféré revoir Pavard avant de décider."

À gauche, le flou, pour l’heure, est total. Kurzawa, dont on pensait qu’il avait conquis ses galons de titulaire, vient d’être sorti du groupe. Digne, lui, est toujours là, mais son faible temps de jeu avec Barcelone continue de poser problème. Et, alors que l’on attendait le Marseillais Amavi, présent en novembre, le sélectionneur a sorti Hernandez de son chapeau. Si le défenseur de l'Atlético donne satisfaction lors des deux prochains matchs, il pourrait ainsi composter son billet pour la Russie à la surprise générale. Mais il n’est pas exclu que Mendy, qui vient de reprendre l’entraînement avec Manchester City, ne revienne dans la danse in extremis. Dans tous les cas, aucun arrière gauche indiscutable ne se dégagerait.

Milieux : Deschamps tient à Tolisso

C’était l’une des rares incertitudes avant l’annonce de cette liste : Tolisso serait-il de la partie ? Son niveau n’est pas en cause (il a mis tout le monde d’accord en novembre contre l’Allemagne), mais sa condition physique laisse à désirer, étant donné qu’il a subi un gros choc avec le Bayern le week-end dernier. Deschamps l’a tout de même appelé, en sachant qu’il pourrait manquer au moins un des deux matchs à venir. Ce qui indique qu’il compte bien l’emmener en Russie. Avec lui, on trouvera aussi Matuidi, Pogba, Kanté, Rabiot et Lemar, habitués de toutes les dernières listes.

Attaque : ça ne sent pas bon pour Lacazette

Dans ce secteur, difficile de savoir si les absents, Lacazette, Fekir et Coman, tous blessés, auront tort. Mais les places y sont plus chères qu’ailleurs et le premier des trois nommés, en souffrance à Arsenal et rarement satisfaisant sous le maillot bleu, pourrait avoir, bien malgré lui, laissé passer sa chance. Tous les petits nouveaux ayant intégré le groupe en mars d’une année paire ont en effet été inclus dans la liste finale (Griezmann en 2014, Kanté en 2016). Ben Yedder, s’il s’adapte vite, a donc de grandes chances d’aller en Russie en tant que doublure de Giroud, en lieu et place du Gunner.

En vidéo

Deschamps sur Ben Yedder : "Il est très efficace et offre un profil différent"

Sur les ailes, Mbappé, Dembélé, Martial et Thauvin figurent encore dans le groupe et tout porte à croire qu’ils y resteront jusqu’à l’été. Payet et Sissoko, cadres des Bleus durant l’Euro 2016, n’ont donc plus grand-chose à espérer. "On ne sait pas ce qui peut se passer d'ici à juin. Il y a déjà quelques absents aujourd'hui. Rien n'est arrêté, je peux avoir besoin d'eux", a cependant tenu à rappeler le sélectionneur. Sans doute pour que ces deux-là ne réservent pas leurs vacances trop tôt.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter