Équipe de France : Dimitri Payet veut faire la paix avec Didier Deschamps

Équipe de France : Dimitri Payet veut faire la paix avec Didier Deschamps

Football
DirectLCI
FOOTBALL - Dans un entretien accordé ce dimanche à Téléfoot, Dimitri Payet a mis un peu d'eau dans son vin au sujet de sa mise à l'écart en équipe de France.

Fallait pas chercher Didier Deschamps ! Même s'il prétendra toujours le contraire, le sélectionneur de l'équipe de France a la dent dure quand un joueur ose se permettre de le critiquer publiquement. Dimitri Payet peut en témoigner, lui qui marche sur l'eau avec West Ham cette saison mais n'a plus été sélectionné depuis une déclaration malheureuse, le 13 septembre dernier. Et ce, malgré les absences conjuguées de Karim Benzema et Mathieu Valbuena... Alors, pour tenter d'accrocher le dernier wagon du train menant à l'Euro 2016, le milieu offensif a profité d'un entretien accordé à Téléfoot, ce dimanche, pour arrondir les angles.

Payet : "C’est le sélectionneur, c’est lui qui décide"

"Pour moi ce n'est pas compliqué. Ca parle beaucoup mais le coach a fait des choix, il faut les respecter. C’est le sélectionneur, c’est lui qui décide. Pour l’instant, il ne m’appelle pas mais je le vis très bien, veut-il nous faire croire. S'il m’appelle, je pense qu'on en discutera ensemble pour que ça se passe du mieux possible. J’ai déjà raté une Coupe du monde, je sais ce que c'est. L’Euro est dans un coin de ma tête mais il n’y a pas d’esprit de revanche. Je suis libéré, cool."

On rembobine. Début septembre, Didier Deschamps annonce sa liste en vue des amicaux contre le Portugal et la Serbie, où ne figure pas Dimitri Payet. Interrogé au sujet de cette absence, il se justifie ainsi : "Dimitri, j'attends mieux et j'attends plus de lui. Je lui ai déjà dit. Ce n'est pas une sanction, je continue de le suivre avec le staff. J'ai fait un choix sur ces deux matchs."

À VOIR AUSSI >>  VIDÉO - Le show Dimitri Payet pour sa première titularisation de l'année

Beaucoup moins "cool" à ce moment-là, l'intéressé réplique sèchement le week-end suivant sur Canal+ : "Ça fait plus d'un an que je donne le maximum et que je suis peut-être dans la meilleure période de ma carrière, donc je ne comprends pas qu'on puisse attendre plus. J'ai l'impression que c'est plus dur pour certains que pour d'autres." Une référence à son cher Mathieu Valbuena, convoqué malgré des performances en demi-teinte à Lyon ?

EN SAVOIR + >>  Dimitri Payet vit sa non-sélection comme une injustice

En tout cas, cette accusation publique de favoritisme ne passe pas. "Les joueurs peuvent dire ce qu'ils veulent. Je ne vais pas m'épancher dans les médias pour leur répondre, réagit le sélectionneur sur RMC quatre jours plus tard. Ce n'est pas le premier, ni le dernier. En stage, je discute avec lui et je lui dis ce que j'attends de lui sur le terrain. Après, il comprend ou il ne comprend pas, il fait ou il ne fait pas... . Il a le droit de ne pas comprendre. Ce n'est pas mon problème, à la limite. J'ai vu son doublé contre Newcastle. Mais il n'y a pas que les buts." Il y a aussi les tacles.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter