Du rififi chez les Bleues : Amandine Henry règle ses comptes avec Corinne Diacre

Du rififi chez les Bleues : Amandine Henry règle ses comptes avec Corinne Diacre

FRONDE - Après Wendie Renard et Sarah Bouhaddi, la capitaine des Bleues Amandine Henry a dénoncé "le management" de la sélectionneuse Corinne Diacre, dans un entretien au Canal Football Club diffusé dimanche. Pour la milieu de 31 ans, évincée de la liste d'octobre, elle est à l'origine du climat délétère en équipe de France.

Il y a des voix qui portent plus que d'autres. En équipe de France, celle d'Amandine Henry en fait partie. Écartée du rassemblement d'octobre par Corinne Diacre, la capitaine des Bleues est sortie de sa réserve dimanche 15 novembre. "Je sais que je prends un risque, si je ne le fais pas moi, qui va le faire ?", a-t-elle assuré dans une interview au Canal Football Club. Quelques mois après le retrait volontaire de la gardienne Sarah Bouhaddi à cause d'un "climat très négatif" et les "tensions" évoquées par Amel Majri, la milieu de l'OL a dénoncé "le management" de la sélectionneuse, en poste depuis 2017.

Non sélectionnée pour les deux matchs de qualification à l'Euro 2022 en octobre, en vertu de "critères sportifs" selon Diacre qui voulait lui laisser "le temps de revenir à son meilleur niveau" après une blessure, Henry a livré une toute autre version. "L'appel a duré quatorze, quinze secondes. Je m'en rappellerai toute ma vie", a relaté à Canal+ celle qui porte le brassard depuis plus de trois ans. "Ce coup de fil-là, j'étais choquée. Elle me dit : 'Tu sais que la liste sort demain et tu n'y seras pas par rapport à tes performances actuelles'. Je reste sans voix, je suis choquée. Je lui dis 'ok, bon match, au revoir'. C'est tout", a expliqué la joueuse aux 92 sélections. "Cette discussion restera gravée dans mon cœur. Ça m'a fait mal, j'ai été vraiment touchée."

"J'ai vu des filles pleurer dans leur chambre, c'était le chaos total"- Amandine Henry, à propos du Mondial 2019

Pour la milieu de 31 ans, sa mise à l'écart est un choix "au-delà du sportif". Corinne Diacre a voulu la sanctionner en ne la convoquant pas, après avoir "eu écho" d'une discussion qu'elle a eue avec le président de la FFF sur les problèmes internes à la sélection. "Je pense que ça s'est passé la semaine où Noël Le Graët est venu à l'OL pour nous remettre une médaille après notre victoire en Ligue des champions. Ça faisait un moment que j'avais des retours pesants et négatifs, ce n'était plus possible, il fallait faire quelque chose. La venue du président, c'était une aubaine pour dire en toute franchise les choses qui n'allaient pas."

Lire aussi

Depuis le torchon, qui s'était embrasé en privé, brûle en public. Henry a ainsi confirmé qu'il y a "énormément de problèmes" en équipe de France liés au management de Diacre, prenant pour exemple la Coupe du monde 2019. "Sportivement, je n'ai pas vécu à 100% l'épanouissement. Humainement, je voyais des filles pleurer dans leur chambre et ça m'est arrivé aussi, car j'avais envie de vivre ce Mondial mais c'était un chaos total. C'était l'atmosphère, le management, l'ambiance générale...". Dimanche, à quatre jours de l'annonce de la sélection pour les deux derniers matches de qualification à l'Euro 2022, la capitaine des Bleues d'ailleurs eu cette phrase lourde de sens : "Quand tu te vois sur la liste, il y a deux sentiments : la joie et la crainte."  

Certaines filles n'osent pas parler, parce qu'il y a de la crainte- Amandine Henry, à propos du climat délétère chez les Bleues

"Malheureusement, la relation de confiance est rompue avec la coach", a-t-elle lâché, ajoutant que la fracture ne résume pas à une fronde des Lyonnaises contre la sélectionneuse. "C'est le ressenti de la majorité de l'équipe. Je sais que certaines filles n'osent pas parler, parce qu'il y a de la crainte. Des jeunes n'osent pas parler, elles passent à travers toi. Je les comprends." Pour autant, "c'est maintenant, pas dans trois ans qu'il faut régler la situation. Il faut qu'on mette tout à plat. Ce serait bien de tout mettre à plat, se dire les choses franchement", a martelé Amandine Henry, qui veut remporter un titre avec les Bleues. "La France se doit de gagner un titre, surtout avec les qualités que l'on a. C'est une génération en or, il faut aller au bout. J'en ai marre de ça. Tu restes là, tu fais l'autruche, peut-être que ça me met en danger, si ça peut aider l'équipe de France, je le fais."

Préoccupé par cette énième sortie médiatique, après les charges de Wendie Renard ou Sarah Bouhaddi ces derniers mois à l'encontre de sa sélectionneuse, le président de la FFF Noël Le Graët a appelé "chacun à faire un effort" pour mettre fin à cette situation ubuesque. "Être en conflit avec les meilleures joueuses de France, ce n'est pas durable. (...) Chacun doit faire très attention", a indiqué à L'Équipe le patron du foot français, qui regrette toutefois les déclarations publiques d'Amandine Henry.  "Ce n'est pas très bien", a-t-il fait remarquer. "Les joueuses devraient garder un droit de réserve par rapport à la Fédération."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

EN DIRECT - Covid-19 : Le Maire demande le gel des primes d'assurance pour les restaurateurs

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Vendée Globe : Escoffier possiblement récupéré par une frégate le 7 décembre

Lire et commenter