Equipe de France féminine : pourvu que ça dure !

Football
DirectLCI
COUPE DU MONDE FEMININE – Les Bleues affrontent ce soir (22 heures) l'Allemagne. En jeu, une demi-finale du Mondial canadien. Et surtout, une place à part dans le cœur des Français.

L'histoire d'amour entre les Bleues et les Français n'est pas une amourette d'été. Depuis qu'elle a débuté en Allemagne en 2011 avec une demi-finale du Mondial, la flamme a vivoté. Des 30.000 joueuses de foot licenciées il y a quatre ans à la FFF, elles sont tranquillement passées à 85.000. Mais jusque-là, les ébats ne duraient que le temps d'une compétition.

"Le foot féminin a de la valeur et il le prouve"

Cette fois-ci, le soufflet a toutes les chances de ne pas retomber. Pour preuve, le succès d'audience historique enregistré par les diffuseurs en dépit d'un décalage horaire défavorable (22 heures, heures françaises) : 2,8 millions de téléspectateurs en moyenne lors de la victoire sur la Corée du Nord en 8es de finale, dimanche dernier, avec un pic à 3,8 !

"C'est au-delà de nos espérances. Nous avions la conviction forte que le sport féminin montait en puissance et on sentait qu'il y avait de plus en plus d'affection pour le sport féminin, et pour le foot en particulier. Avec ces scores auquel on n'est pas habitué sur les chaînes TNT, on constate que le foot féminin a de la valeur et il le prouve", s'enthousiasme Jérome Fouqueray, le directeur général de W9, qui, avec des droits TV estimés à 800.000 euros, a réalisé un bon coup : "Si c'est rentable économiquement ? On fera le bilan une fois le Mondial fini. Mais ce que je sais déjà c'est que les retombées en termes d'images sont très positives." Car tout le monde aime ces Bleues.

LIRE AUSSI >> Qui sont les filles en vogue des Bleues

Et entre le rendez-vous déjà fixé avec elles aux JO de Rio l'an prochain et la Coupe du monde organisée dans quatre ans en France, l'idylle n'est pas prête de s’essouffler. "Cet intérêt n'est plus un phénomène temporaire, il faut rappeler que 44% des Français déclarent s’y intéresser, constate Laurent Martinez, directeur d'étude pour Kantarsport, spécialiste des retombées médiatiques dans le domaine du sport. Et le niveau d'intérêt progresse fortement à l'approche des grandes compétitions internationales, au point que quand les résultats sont là, le football peut devenir le principal sujet de conversation au bureau ou devant la machine à café. Si le football masculin affiche en France un niveau d'intérêt stable entre chaque compétition internationale (52% des français s’intéressent aux bleus), celui du football féminin enregistre une progression lente et continue". Une victoire face à l'Allemagne, meilleure nation du monde chez les filles, donnerait un vrai coup d'accélérateur à la discipline. Joignant l'utile à l'agréable, elle "vengerait" aussi les garçons, éliminés l'an dernier en quarts de finale du Mondial brésilien par la Mannschaft.

LIRE AUSSI >> "Il ne faut pas que certaines d'entre elles se démarquent"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter