Equipe de France : l’incroyable conte de fées de N’Golo Kanté

Equipe de France : l’incroyable conte de fées de N’Golo Kanté

FOOTBALL - N’Golo Kanté est le seul petit nouveau de la liste de Didier Deschamps pour les matchs amicaux aux Pays-Bas, puis contre la Russie, lors duquel il sera titulaire, dernières bornes avant le coup d’envoi de l’Euro 2016 (10 juin-10 juillet). Auquel le petit milieu de Leicester pourrait participer in extremis. Un basculement éclair qui symbolise à merveille la trajectoire d’un joueur qui, il y a quatre ans, était encore sous contrat amateur.

Il a dit "bonjour" en arrivant puis "au revoir" en repartant, choses que ne font plus ses partenaires en équipe de France quand ils doivent se pointer en conférence de presse. Surtout, N’Golo Kanté ne s’est jamais départi de son sourire timide, comme émerveillé par le fait de se trouver pour la toute première fois dans la salle de presse de Clairefontaine, un survêtement bleu sur les épaules. Au lendemain d’un bizutage au son de Désolé de Sexion d’Assaut. A trois jours d’un match amical aux Pays-Bas. A une semaine d’un autre contre la Russie, lors duquel il sera titulaire ce mardi soir. Et, surtout, à un peu moins de trois mois de l’Euro 2016. Ceux qui ont vu l’ancien Caennais (24 ans) ferrailler avec son club de Leicester cette saison ne sont pas surpris de sa présence. Ceux qui connaissent le détail de son parcours, en revanche, le sont un peu plus.

Car avant d'expérimenter les joies de la Ligue 1 et de la Premier League, le milieu de terrain de poche (1m69) a connu l’équipe réserve de l’US Boulogne (CFA 2) de 2010 à 2012. Et, encore avant cela, la Promotion d’honneur (PH, le 8e échelon) avec le JS Suresnes, club où il aura joué de 2001 à 2010, soit de ses 10 à ses 19 ans. "Il y a de très bons joueurs en PH, s’est-il souvenu ce mardi. Beaucoup ont le niveau pour jouer en L1. La bataille la plus compliquée, c’est pour signer professionnel." Surtout sans passer par la case centre de formation.

EN SAVOIR + >> De Caen à Leicester, comment Kanté a fini par taper dans l'œil de Deschamps

Les clichés de la formation

Jonathan a connu N’Golo à l’âge de six ans, à Rueil-Malmaison. Puis il a joué avec lui à Suresnes de dix à quatorze ans. "Mon père l’avait forcé à s’inscrire au foot, lui n’était pas forcément chaud, raconte-t-il à metronews. Mais plus tard, notre coach Piotr a vu le potentiel de N’Golo et c’est lui qui l’a amené à toutes les détections. Il a placé énormément d’espoirs en lui. N’Golo ne parlait jamais des professionnels. Il savait qu’il avait une technique au-dessus de la moyenne mais, comme ce n’était pas un flambeur, il ne se voyait pas devenir pro." Il a fallu que d’autres le voient pour lui, puis prennent le temps de le convaincre. D’où ce parcours atypique.

Il faut aussi dire que N’Golo Kanté s’est heurté à d’autres obstacles. "On connaît la formation française qui recherche des grands joueurs baraqués… Par exemple, il devait passer une détection du côté de Rennes et il s’était fait recaler parce que le club le trouvait trop petit, poursuit l’ami d’enfance. Ca lui a fait un peu mal sur le coup. Mais ce n’était pas un handicap sur le terrain car il se battait sur tous les ballons." Interrogé à ce sujet, l’intéressé a dit très calmement : "J’ai toujours été plus petit que les autres enfants. Il y a des avantages et des inconvénients. Mais avec de l’envie et de la détermination, on peut dépasser ça."

À VOIR AUSSI >> VIDEO - Deschamps lance Kanté et relance Payet

"Il avait toujours la banane"

Avec du talent, aussi. "Quand on est arrivé en moins de 13 ans, il jouait surtout au poste de n°10, mais il ratissait déjà beaucoup de ballons et il avait la vitesse et le dribble comme qualités principales. Il aimantait le ballon, c’était incroyable. Je n'avais aucun doute sur le fait qu’il devienne pro, il était tellement au-dessus du lot", insiste Jonathan. Qui décrit ainsi sa personnalité : "Il est très respectueux. Il était toujours dans son coin à ne rien dire et il était toujours reconnaissant des autres, notamment vis-à-vis de mon père. Il avait toujours la banane, je n’ai jamais vu N’Golo faire la gueule ou être énervé. Ou, s’il l’était, il ne disait rien."

EN SAVOIR + >> VIDEO - Son premier but en bleu

Son positivisme sera récompensé : la relégation de Boulogne en National lui ouvre les portes de l'équipe première en 2012. Et aujourd’hui, le voici au sein de l’élite du football de son pays. "J’en suis encore à découvrir les installations. Quand je suis arrivé, j’ai regardé cette reproduction de la Coupe du monde 98 à l’entrée… Mes partenaires sont de bonnes personnes. Ils m’ont accueilli très chaleureusement, avec des petites blagues. Il y en a beaucoup que je n’avais vu qu’à la télé, a-t-il béatement lâché. Parfois, je réfléchis au lieu où je me trouve. C’est allé très vite. Mais c’est comme ça, il faut assumer." L’Euro 2016 ? "Ce n’est que ma première sélection, s’est-il presque offusqué. Je suis seulement concentré là-dessus." On dirait que Didier Deschamps va, lui aussi, devoir le convaincre.

Sur le même sujet

Lire et commenter