Équipe de France : Morgan Schneiderlin, une surprise qui n'en est pas une

Équipe de France : Morgan Schneiderlin, une surprise qui n'en est pas une

Football
DirectLCI
BLEUS - Morgan Schneiderlin figure parmi les 7 réservistes retenus par Didier Deschamps, mardi soir, en vue du Mondial. Le milieu de terrain, formé à Strasbourg mais exilé en Angleterre depuis 2008, reste inconnu en France. Présentation.

Une page sommaire sur Wikipedia. Quelques interviews loin des grands médias. Et c’est tout. Pas de réseaux sociaux ou de vidéos YouTube. Morgan Schneiderlin n’est pas du genre paillettes. Il est un Saint (surnom des joueurs de Southampton). Mais a 24 ans, ce milieu de terrain au talent reconnu en Angleterre est propulsé sous le feu des projecteurs : il fait partie des 7 réservistes retenus par Didier Deschamps, qui a annoncé hier soir une liste de 30 joueurs au total pour le Mondial. Pas de ticket pour le Brésil donc (sauf blessure de dernière minute parmi les 23), mais une belle reconnaissance malgré tout. Surtout que l’Euro 2016 se profile à l’horizon.

Le natif de Zellwiller (Bas-Rhin) est un élève modèle. Formé à Strasbourg, Schneiderlin a fait toutes ses classes en équipes de France jeunes sans sauter les étapes. Avec le Racing, il découvre la L2 à 17 ans, puis la L1, pendant trois petits matches. Avant de s’envoler pour l’Angleterre et la Championship (D2), direction Southampton. Le milieu de terrain au beau gabarit (1,81 m, 75 kilos) se fait alors une réputation de hargneux au fil des quelque 200 matches joués. Jusqu’à mener les Saints à la 8e place de Premier League (D1), cette année.

Trajectoire à la Chimbonda

Si le jeune homme se montre discret – ''Ce qui m’intéresse, c’est le terrain. Pas qu’on me dise : ‘Morgan, tu es super beau dans cette pub.’ Je suis footballeur, pas mannequin''' –, ses qualités ont tapé dans l’œil de gros poissons, comme Manchester United ou Arsenal. Mais lui se sent bien à Southampton, où il a prolongé jusqu’en 2017. 

Celui qui a été désigné ''meilleur tacleur d’Europe'' par les médias britanniques a une trajectoire qui rappelle celle d’un certain Pascal Chimbonda. Le latéral, après une excellente saison en Angleterre, et sans avoir joué le moindre match avec les Bleus, avait été l’invité surprise du Mondial allemand en 2006.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter