Équipe de France : non, il n'y a pas le feu dans la maison bleue

Équipe de France : non, il n'y a pas le feu dans la maison bleue

DirectLCI
FOOTBALL - Les Bleus ont débuté 2015 par trois défaites en quatre matchs, dont deux de rang cette semaine, face à la Belgique (3-4) et en Albanie (1-0). Mais, à un an de l'Euro qu'ils se devront de remporter à domicile, il convient de relativiser cette mauvaise passe.

Il y a toujours du monde pour tirer sur l'ambulance. L'équipe de France, défaite samedi en Albanie (1-0) , six jours après son revers face à la Belgique (3-4) , serait en crise. Et, d'un coup, ceux qui jetaient des fleurs il y a encore un mois se mettent à déverser leur bile. On leur conseille de ne pas s'emballer. Car voici trois bonnes raisons de ne surtout pas s'inquiéter pour la bande à Deschamps.

Une cure d'humilité bienvenue
La formule, lapidaire, a été lâchée par Valbuena samedi soir : "Si on n'a pas le bon état d’esprit, on devient une équipe banale." Les Bleus perdent toujours ce goût du combat quand le climat qui les entoure devient trop apaisé. Historiquement, la confiance est en effet le pire ennemi du footballeur français, obligé de se trouver dos au mur pour se sublimer. Les exemples sont nombreux : un an avant de remporter l'Euro 1984, le Mondial 1998 et l'Euro 2000, les Tricolores enchaînaient les mauvais résultats et ne suscitaient que scepticisme et moqueries. À l'inverse, ils marchaient sur l'eau un an avant leur humiliante élimination au premier tour de la Coupe du monde 2002. "Il vaut mieux souffrir maintenant qu'à l'Euro", relativisait ainsi Varane.

Des leaders qui s'affirment
Durant l'échauffement en Albanie, on a vu Evra prendre à part chacun de ses coéquipiers pour les motiver. À sa sortie du vestiaire après la défaite, il s'est arrêté devant les médias , ce qu'il n'avait plus fait depuis trois ans. "Je ne m'exprime que quand ça ne va pas, quand ça va bien, ça ne sert à rien, a-t-il tonné, pour secouer le cocotier. On n'a pas conscience de la chance qu'on a. Combien de joueurs rêveraient d'être à notre place ? C'est un manque de respect par rapport au maillot ! Il faut la fermer et bosser." Même le très placide Hugo Lloris a lâché les chevaux : "Passer pour des abrutis comme ça, ce n’est pas acceptable !" Dire que, selon certains, cette équipe manque de tauliers...

Un groupe renouvelable
On reproche beaucoup au sélectionneur de trop s'être appuyé sur le groupe qu'il avait emmené au Brésil. Mais, à l'heure de relancer la concurrence, n'est-ce pas devenu un atout ? Dit autrement : les mois décisifs sont ceux qui arrivent. Et, mine de rien, Lacazette, Fekir et Kondogbia ont été intégrés. Les voici prêts, aujourd'hui, à bouleverser l'ordre établi. En embuscade, Zouma et Mathieu peuvent aussi rebattre les cartes en défense. "Deschamps est quelqu'un de patient mais quand il prend des décisions, il en prend des vraies, a menacé Evra. Il ne faudra pas venir pleurer après." Griezmann, Giroud et Cabaye, entre autres, sont prévenus.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter